Page 1 sur 6 123456 DernièreDernière
Résultats de 1 à 15 sur 83

Sujet : la célébration de la naissance du Prophète dix preuves

  1. #1

    Par défaut la célébration de la naissance du Prophète dix preuves



    Cheik Hicham Muhammad Kabbani

    Dix preuves montrant
    que la célébration de la naissance du Prophète
    est acceptée dans la Charica


    1. Dieu dit: Réjouissez-vous du Prophète (s)
    Se réjouir à cause de la venue du Prophète (s) à l'humanité est une obligation ordonnée par Allah dans le Coran comme suit: «De la grâce d?Allah et de Sa miséricorde qu'ils se réjouissent donc!» (Younus 10:58).
    Cet ordre fut révélé parce que la joie rend le c?ur reconnaissant de la miséricorde d'Allah. Et y a-t-il plus grande miséricorde de la part de Dieu que de nous envoyer le Prophète (s), auquel Il s'adresse en ces termes: «Nous ne t'avons envoyé que par miséricorde pour les univers» (Les prophètes 21:107).
    Du fait que le Prophète (s) a été envoyé comme une miséricorde à toute l'humanité, il incombe non seulement aux Musulmans, mais à tous les êtres vivants de se réjouir de sa personne. Malheureusement, aujourd'hui, certains Musulmans sont les premiers à rejeter cet ordre divin.

    2. Dieu dit: Invoquez les bénédictions sur le Prophète (s)
    L'anniversaire du Prophète (s) nous encourage à invoquer les bénédictions d?Allah sur lui et à faire ses éloges, ce qui est une obligation qui nous incombe selon l'ordre d?Allah dans le verset: «Allah et ses anges envoient les bénédictions sur le Prophète. O croyants! invoquez sur lui les bénédictions et les meilleures salutations!» (al-Ahzab 33:56).
    «Les meilleures salutations,» ce sont les salutations pleines de respect et d'amour, pleines de louanges et d'admiration pour le haut rang du Prophète (s) et de son message. Se réunir dans le but de se rappeler le Prophète (s) nous amène à invoquer les prières sur lui et à le louer comme Allah le demande. Quelqu'un oserait-il nier l'obligation qu?Allah nous impose à travers le saint Coran? La récompense qu'on obtient quand on exécute un ordre divin, et la lumière divine que cette récompense apporte au c?ur sont inestimables! Notons que le verset mentionne le pluriel: «Allah et ses anges envoient...» en assemblée. Il est donc incorrect de dire qu'invoquer les prières sur le Prophète (s) et faire ses éloges doit se faire individuellement.

    3. Le Prophète (s) a souligné le lundi comme jour de sa naissance
    Abou Qatada al-Anari raconte dans ai Mouslim, Kitib as-iayam, que le Prophète (s) avait été interrogé au sujet du jeûne du lundi et qu'il avait répondu: «C'est en ce jour que je suis né et c'est en ce jour que j'ai reçu la prophétie.»
    Nous citons de nouveau Moutawalla Chacrawi:
    Plusieurs évènements extraordinaires se sont déroulés le jour de sa naissance comme cela est mentionné dans les hadiths et les livres de sira, et la nuit de sa naissance n'est semblable à celle d'aucun autre être humain.
    Ces évènements et les hadiths s'y référant, dont le tremblement de la court de Chosroès, l'extinction en Perse du feu vieux de 1000 ans, la lumière issue d?Amina l'honorable mère du saint Prophète (s), etc. sont relatés dans le livre al-Bidaya d'Ibn Kathir.
    Nous citons pour vous un passage du Kitab al-Madkhal d'Ibn al-ajj (Vol. 1, p. 261): «C'est un devoir pour nous chaque lundi de Rabic al-Awwal d'augmenter nos actes d'adoration afin de remercier Allah de nous avoir accordé une immense faveur: celle de nous envoyer son bien-aimé Prophète pour nous diriger vers l'Islam et la paix... Le Prophète (s) répondit à quelqu'un qui l'interrogeait au sujet du Lundi: «En ce jour-là je suis né.» Ce jour du lundi honore le mois de Rabic al-Awwal parce que c'est le jour du Prophète (s) ... et il a dit: «Je suis le maître des enfants d'Adam et je dis cela sans orgueil»... et il a dit: «Adam et toute sa descendance seront sous ma bannière le jour du Jugement.» Ces hadiths ont été transmis par les deux cheicks [Boukhari et Mouslim]. Et, Mouslim cite dans son hadith que le Prophète a dit: «Je suis né un lundi et le premier message m'est parvenu un lundi.»»
    Le Prophète (s) commémorait donc le jour de sa naissance et remerciait Allah pour la grande faveur de l'avoir fait naître en jeûnant le lundi comme cela est mentionné dans le hadith de Abou Qataa. Cela signifie que le Prophète (s) exprimait sa joie pour ce jour par le jeûne, qui est une forme d'adoration.
    Depuis ce temps, toute sorte d'adoration pour marquer ce jour est acceptable. Même si nous changeons la forme (de l'acte pour exprimer sa joie), l'essence reste la même. Partant de là, jeûner, nourrir les pauvres, se rassembler pour louer le Prophète (s) ou se remémorer ses vertus et son excellent caractère (s) tout ceci est considéré comme une commémoration du jour de sa naissance. (Voir plus loin le hadith «mourir le lundi».

    4. Le Prophète (s) commémorait l'anniversaire des autres prophètes
    Le Prophète commémorait le jour et le lieu de naissance des Prophètes qui l'ont précédé. Parlant de la grandeur du vendredi, le Messager d?Allah a dit dans son hadith: «En ce jour, Allah créa Adam.» Ceci signifie que le jour du vendredi est commémoré parce qu?Allah créa Adam en ce jour. En d'autres termes, ce jour est important du fait qu'il vit la création d'Adam (s), prophète et père de tous les êtres humains. Qu'en est-il donc du jour où le plus grand des prophètes et le meilleur de l'humanité fut créé? Le Prophète a dit: «En vérité, Allah me fit le sceau des Prophètes pendant qu'Adam était entre eau et argile.».
    Pourquoi Boukhari a nommé un chapitre «Mourir le lundi»

    L'Imam Qastallani dit:
    Dans son livre intitulé Jana'iz (Funérailles), Boukhari a nommé un chapitre entier «Mourir le lundi.» Dans ce chapitre figure un hadith rapporté par Aïcha au sujet d'une question posée par son père Abou Bakr qui lui demanda: «Quel jour le Prophète est-il décédé?» Elle répondit: «Lundi.» Il demanda: «Quel jour sommes-nous aujourd'hui?» Elle répondit: «O père, nous sommes lundi aujourd'hui.» Il dit alors: «J'espère mourir avant la nuit.»
    L'Imam Qastallani continue, «Pourquoi Abou Bakr demanda-t-il que sa mort soit un lundi? Afin qu'elle coincide avec le jour du décès du Prophète pour qu'il reçoive la baraka de ce jour. Quelqu'un a-t-il fait objection à la demande d'Abou Bakr de mourir le lundi dans l'intention de bénéficier de sa baraka? Pourquoi donc les gens refusent-ils aujourd'hui d'honorer le jour de la naissance du Prophète (s) en vue de recevoir sa baraka
    • Le Prophète commémorait le lieu de naissance des autres prophètes
    Un hadith chez Bazzar, Abu Yacla, et Tabarani, déclaré authentique par Ibn ajar Haythami et Ibn ajar cAsqalani, relate qu'à la nuit de l'Isra' et du Micraj (l'ascension nocturne) l'ange Gabriel ordonna au Prophète (s) de prier deux rakcat à Bayt Lam (Bethléem), puis lui dit: «Sais-tu où tu viens de prier? Lorsque le Prophète lui demanda: où? Il lui dit: A l'endroit où Issa (Jésus) est né.»

    5. Le Prophète célébrait les grands évènements historiques
    Le Prophète a toujours concilié les évènements religieux et les évènements historiques. Ainsi, pour chaque évènement significatif, il exhortait ses Compagnons de se le rappeler et de le commémorer, même s'il s'était déroulé dans un passé lointain. Ce principe est déduit entre autre du hadith suivant: Lorsque le Prophète arriva à Médine, il vit les juifs jeûner le jour de cAchoura. Il se renseigna (sur leur raison) à ce sujet et il lui fut rapporté que c'était en ce jour qu?Allah avait sauvé son Prophète Sayyidina Moussa et noyé ses ennemis. Il dit alors ces mots bien connus: «Nous avons plus droit à Moise que vous.» Et le prophète encouragea les gens à jeûner ce jour et celui qui le précède.

    6. L'obligation d'accroître notre amour pour le Prophète et de l'honorer
    Allah demande au Prophète de rappeler à sa Communauté qu'il est primordial pour ceux qui prétendent aimer Allah d'aimer aussi le Prophète (s): «Dis-leur: Si vous aimez Allah, suivez-moi (et aimez-moi et honorez-moi) et Allah vous aimera» (3:31).
    La célébration du Mawlid est motivée par cette obligation d'aimer le Prophète (s), de lui obéir, de se rappeler de lui, de suivre son exemple, et d'être fiers de lui comme Allah l?est, car Il l'exalte aux nues dans le Coran avec ces mots: «En vérité tu es (O Mouhammad) d'un caractère sublime (68:4).»
    L'amour pour le Prophète est l'élément qui différentie les croyants dans la perfection de leur iman (foi). Dans un hadith authentique transmis par Boukhari et Mouslim, le Prophète a dit: «Nul d'entre vous n'est croyant jusqu'à ce qu'il m'aime plus qu'il n'aime ses enfants, ses parents, et tous les gens.» Et dans un autre hadith dans Boukhari il dit: «Aucun de vous n?est croyant jusqu?à ce qu?il m?aime plus que sa propre personne», et Sayyidina `Oumar dit: «O Prophète, je t?aime plus que ma propre personne.»
    La perfection de la foi est liée à l'amour pour le Prophète (s) parce qu?Allah et Ses anges l'honorent continuellement, comme souligné dans le verset du Coran vu précédemment: «Allah et Ses anges envoient des bénédictions sur le Prophète». L'ordre divin qui suit immédiatement ce verset est «O croyants, invoquez des bénédictions sur lui,» ce qui signifie que la condition sine qua non d'être un croyant dépend et doit se manifester par l'invocation de prières sur le Prophète (s). Seigneur! répand Ta Bénédiction, Ta paix et Ta miséricorde sur le Prophète, sa Famille, et ses Compagnons.

    7. L'effet du Mawlid sur les non-croyants
    Exprimer sa joie pour la naissance du Prophète et célébrer son anniversaire comporte des effets bénéfiques, par la miséricorde d?Allah, même sur les incroyants. Ceci est mentionné dans Boukhari qui rapporte en effet: «Chaque Lundi Abou Lahab est libéré de son châtiment, dans sa tombe, parce que de son vivant il libéra sa servante Thouwayba lorsqu'elle lui rapporta la nouvelle de la naissance du Prophète (s) son neveu».
    Le afi Chamsouddin Mouhammad ibn Nasirouddin ad-Dimashqi a écrit à ce sujet dans son livre Mawrid as-ada fi Mawlid al-Hadi:
    Si un kafir qui était condamné pour l'éternité à l'enfer avec «Tabbat yada Abi Lahab» (sourate 111) gagne un sursis tous les lundis parce qu'il s'était réjoui de la naissance d ?Ahmad, que pensez-vous du serviteur qui, toute sa vie, fut heureux avec Ahmad et qui, mourant, dit: La ilaha illallah Mouhammadoun Rassouloullah?

    8. L'obligation de connaître la vie du Prophète (s) et de l'imiter
    Il nous est recommandé de connaître le Prophète (s), ses miracles, sa naissance, son caractère, sa foi, ses signes et miracles, ses retraites spirituelles, ses actes d'adoration, et tout ceci n'est-il pas obligatoire pour un Musulman? Par conséquent, qu'est-ce qui est meilleur que la célébration de sa naissance qui symbolise l'essence de sa vie? Se souvenir de sa naissance nous emmène, en effet, à nous souvenir des autres aspects de sa vie, et cela attire la satisfaction d?Allah sur nous, car ce faisant, nous connaîtrons mieux le Prophète (s) et nous serons mieux préparés à nous corriger, à l'imiter, et à le prendre comme modèle. Voilà pourquoi la célébration de sa naissance est bénéfique pour nous.

    9. Le Prophète (s) acceptait la poésie en son honneur
    De son vivant, il est bien connu de tous que les poètes venaient au Prophète (s) faire son panégyrique, décrivait ses campagnes et ses combats, et faisaient de même avec ses Compagnons. Abou Bakr, Ali, Fatima, et nombreux autres parents et proches du Prophète (s) ont composé des poèmes en son honneur. Cela est vérifié dans les traditions ainsi que les Sira ou livres biographiques dont ceux d'Ibn Hicham, al-Waqidi, et autres. Le Prophète appréciait ces compositions et il est rapporté dans l'Adab al-moufrad de Boukhari qu'il a dit: «Il y a une sagesse dans la poésie.» L'oncle du Prophète (s) al-cAbbas a composé un poème où il célèbre la naissance du Prophète (s) en ces termes:
    Lorsque tu es né, la terre brillait
    et le firmament contenait à peine ta lumière!
    Grâce à cette splendeur, et à cette lumière, et à cette voie bien guidée, nous pouvons espérer traverser le chemin.
    Ibn Kathir mentionne aussi que d'après les Sahabas, le Prophète chanta ses propres éloges et récita de la poésie au sujet de sa propre personne en pleine bataille de Honayn dans le but d'encourager ses Compagnons et de faire peur à ses ennemis. Ce jour-là il dit: «Je suis le Prophète, en vérité! Je suis le fils de cAbd al-Moualib!»
    Le Prophète (s) par conséquent était content de ceux qui faisaient son éloge et les récompensait avec ce qu?Allah lui donnait comme provisions. Si nous nous réunissons dans le but d'accomplir un acte qui nous rapproche du Prophète (s), cela veut dire que nous nous rapprochons d?Allah et bénéficions de Sa miséricorde.
    • Chant et récitation de poèmes
    Ibn Qayyim al-Jawziyya écrit dans son livre, Vol. 1, page 489:
    Le Prophète (s) a recommandé à Aicha de permettre à deux dames de chanter le jour de la cId. Il dit à Abou Bakr: «Laisse-les chanter parce que pour chaque nation il y a une fête et celle-ci est la nôtre.»
    Ibn Qayyim commente que le Prophète (s) donnait aussi la permission de chanter pendant les cérémonies de mariage et, comme on l'a déjà dit, autorisait la poésie à son égard. Anas (r) et les autres Compagnons louaient le Prophète (s) et récitaient ce poème avant la célèbre bataille des tranchées:
    Nous sommes ceux qui avont prêté serment de loyauté à Mouhammad
    pour la jihad aussi longtemps que nous serons en vie.
    Ibn Qayyim mentionne aussi le long poème de cAbdoullah ibn Rawaqui où ce dernier chanta les éloges du Prophète (s) à son entrée à la Mecque, après cette audition le Prophète (s) pria pour lui. Il pria aussi pour un autre poète, assan ibn Thabit, afin qu?Allah le soutienne avec le Saint-Esprit. Similairement, Kacb ibn Zoubayr fut récompensé d'une robe par le Prophète pour son poème. Le Prophète demanda à Aswad ibn Sari de composer des poèmes louant Allah, et demanda à un autre de réciter le poème de 100 vers que Oumayyah ibn Abi al-al avait composé. Ibn Qayyim continue, «cA'icha récitait tout le temps des poèmes à sa louange et il les appréciait.»
    Oumayyah ibn Abi al-Salt est un poète de la Jahiliyya qui est mort à Damas avant la venue de l?Islam. Il était un homme pieux qui évita l?alcool et l?adoration des idoles, comme cela fut rapporté par Dhahabi dans Siyar a`lam al-noubala' (2:23).
    Au décès du Prophète, Hassan ibn Thabit récita cette éloge funèbre:
    Je dis, et personne ne peux me taxer d?être dans l? erreur,
    Sauf celui dépourvu de tous les sens:
    Je ne cesserai jamais de le louer.
    Il se peut que faire cela m?éternise au Paradis
    Avec l?Elu dont mon espoir réside en son support.
    Et pour atteindre ce jour j?applique tous mes efforts.

    • Le Prophète a permis de jouer du tambour pour une bonne intention
    Ibn cAbbad le Mouaddith a donné la fatwa (décision) suivante dans ses «lettres»: Il commence par citer le adith suivant: «Une dame vint au Prophète (s) à son retour d'une bataille et lui dit: O Messager d?Allah, j'ai fait le v?u de jouer de ce tambour à tes côtés si Allah te ramenait sain et sauf. Le Prophète lui dit alors: Exécute ton v?u.» (Abou Dawoud, Tirmidhi et Ahmad).
    Ibn cAbbad continue, «Il n'y a pas de doute que jouer du tambour est une forme de divertissement quoique le Prophète lui ait ordonné de remplir son v?u. Il le fit parce que l'intention de la dame était de l'honorer à son retour sain et sauf de la bataille. Son intention était bonne et ce n'était pas dans le but de commettre un péché ou de donner cours à des futilités. Partant de là, toute personne qui célèbre l'anniversaire du Prophète (s) avec une belle voix, avec de bonnes intentions, par la lecture de la Sirah et les louanges au Prophète (s) n'est pas à condamner.
    • Chant et récitation du Coran
    Ibn al-Qayyim dit dans son livre Madarij as-Salikin:
    Allah donna la permission au Prophète de réciter le Coran mélodieusement. Abou Moussa al-Achcari récitait un jour le Coran d'une voix mélodieuse et le Prophète (s) l'écoutait. Lorsqu'il eut finit, le Prophète le félicita pour sa belle voix et l'assura qu?Allah lui avait donné un mizmar (une flûte) comme celle de Daoud (as). Abou Moussa répondit: «O Messager d?Allah, si j'avais su que vous m'écoutiez, je l'aurais récité avec plus de mélodie et avec une plus belle voix, une voix que vous n'avez jamais entendu auparavant.»
    Ibn Qayyim continue en disant que le Prophète a dit: «Décorez le Coran avec votre voix» et «Celui qui ne chante pas le Coran n'est pas des nôtres.»
    Ibn Qayyim commente à la page 490:
    «Prendre plaisir à écouter une belle voix est acceptable, comme on prend plaisir à un beau paysage aux montagnes, à la nature, à une odeur agréable ou à un bon repas, aussi longtemps que cela est en conformité avec la Charica. Si écouter une belle voix est haram, de même prendre plaisir à toutes ces choses est aussi aram
    Ibn Qayyim conclue à la page 498:
    Ecouter une belle voix célébrer l'anniversaire du Prophète (s) ou célébrer n'importe quel autre jour important de notre histoire procure la paix et achemine au c?ur de l'auditeur la lumière du Prophète (s), et il boira de la source de Mouhammad (s) (al-cayn al-Mouammadiyya).
    10. L'unanimité (ijmac) des oulama sur la permissibilité du Mawlid
    Célébrer l'anniversaire du Prophète (s) est un acte que tous les oulama du monde musulman ont accepté et continuent d'accepter. Cela signifie qu?Allah l'accepte, car selon le hadith de Ibn Mas`oud rapporté dans le Musnad de l'Imam Ahmad: "Tout ce que la majorité des Musulmans considère juste est vrai pour Allah, et tout ce que la majorité des Musulmans considère faux est faux pour Allah"

    © As-Sunna Foundation of America

  2. #2
    Membre sénior Avatar de El Moumina
    Inscrit
    janvier 2006
    Localisation
    Loin de mon pays l'Algérie :(
    Messages
    3 221

    Par défaut

    Assalam alaykoum,
    Peux -tu dire comment peut-ont celebrer, sana commettre de actes illicites?
    Je pos ctte qustion pour fair allusion à la façon dont les musulmans à travers l mond notamment arabe, celebrent le mawelid, il y a ds gens des depenssnt ds fortunes pour acheter les feux d'atifice et 'autres objets qui ont ouvent dangerux pour leur enfants.
    Le prophete est trop cher plus que nos parents meme, donc le moindre chose c'est de celebrer sa naissance mais pas en suivant des actes de jahilia
    Je crois qu'il faudrait mettre l'accent sur cela, wa Allah a3elam.
    عن أبي هريرة رضي الله عنه قال : سمعت رسول الله صلى الله عليه وسلم يقول : من خاف أدلج ، ومن أدلج بلغ المنزل ، ألا إن سلعة الله غالية ، ألا إن سلعة الله الجنة

  3. #3

    Par défaut



    Je t'invite à faire une petite recherche sur le sujet car on a tellement détaillé ce sujet du mawlid baraka Allahu fik.

  4. #4
    Membre sénior Avatar de ibn abdoulbari
    Inscrit
    juillet 2005
    Localisation
    lyon
    Messages
    3 469

    Par défaut

    Assalam anleykum
    Je pense que notre soeur El moumina n'est pas contre sur l'anniversaire du prophète mais tout simplement pour nous dire que dans nos jours l'anniversaire on la commémore n'importe comment
    Allah anlam

    وَفَوْقَ كُلِّ ذِي عِلْمٍ عَلِيمٌ


    ET AU-DESSUS DE TOUT HOMME DETENANT LA SCIENCE IL Y A UN SAVANT [PLUS DOCTE QUE LUI]

  5. #5

    Par défaut

    Je répond avec la même réponse que l imam ach-Chafi3i quand on lui a posé la question sur la poésie est elle halal ou haram.

    Il a dit (rahimahu Allah) :

    "Ces parole halal sont halal et son haram est haram".

    Tout le monde connaît le halal et le haram.

    Alors pour le mawlid s'il y a mixité et non respect des moindre bases de notre noble religion, il est clair que cela est haram dans le mawlid et en dehors du mawlid.

    Mais si on le fête par des madih, par des récits de la sira du prophète et on fait la prière à l'heure et on respecte notre religion dans toutes ses dimensions, il n'y a aucun haram.

    Au contraire, il n'y a que des hasanat comme l'ont signalé les grands savants de cette oumma tels que Ibn Hajar, as-Suyuti, as-Sakhawi, Ibn Kathir, le grand hafidh al-3iraqi et des milliers d'autres sommités.

  6. #6
    banni
    Inscrit
    juin 2006
    Messages
    35

    Par défaut

    et ke tu fai tu du hadith ki di ke le musulman a 2 fetes ki sont les 2 aids. Le prophete n'a pas di 3 fetes il a bien di ke le musulmans a 2 fetes.
    Il a aussi di:" toute action ke nous n'avons pa decrete est rejeter"
    Il a aussi di:"toute innovation (en religion) est un egarement et tou egaremen est dans le feu"

    Le fai de feter l'anniversaire du prophete s'approche de la coutume chretienne ki fete la naissancs de 'Issa 'alayhi salam.
    Et le prophete nous a bien de ne pa imiter les kuffar et les gens du livre.

    wa Allah ou a3lam

  7. #7
    webmaster Avatar de Abdelhakim99
    Inscrit
    septembre 2004
    Localisation
    aslama
    Messages
    2 489

    Par défaut


    assalam alaykoum

    Je vois abderrachid que c'est ton premier message au sein du forum aslama. La moindre des choses est au moins de te présenter et de saluer du salut de l'Islam tes frères & tes soeurs.

    Tu dis :

    Citation Envoyé par abderrachid
    Il a aussi di:" toute action ke nous n'avons pa decrete est rejeter"
    Il a aussi di:"toute innovation (en religion) est un egarement et tou egaremen est dans le feu"

    Peux-tu nous donner la véritable définition du mot " Bid3a " s'il te plait ? Il y a-t-il une bonne bid3a et une mauvaise bid3a ou non ? Comment faire la différence entre les deux ? Voici pour t'aider quelques éléments de réponses postés par notre frère sidi Malik Ibn anas : ( source : cliques ici )





    I - Définition des savants


    1- L'imam ach-Chafi3i :


    La bid3a est deux choses, il y a une bonne et une mauvaise bid3a :

    a- La mauvaise c'est celle qui contredit le coran ou la sunna ou les actes et faits des sahaba ou un consensus de la oumma.

    b- La bonne bid3a c'est tout bien qui ne contredit pas ce qui a été cité.

    Sayyidna Omar quand il a vu les sahaba se regrouper pour faire la prière de tarawih à la mosquée, chose qui n'existait pas à l époque du prophête , alors sayyiduna omar a dit ce regroupement pour faire salat at-tarawih est une bonne bid3a.

    Fin de la parole de chafi3i rapportée par l'imam al-Bayhaqi dans son ouvrage manaqib achafi3i


    2- Le grand savant surnommé le sultan des oulema al-3iz ibn Abdessalam :




    La bid3a est un acte qui n'existait pas à l époque du prophète et elle se divise en 5 parties:



    1- bid3a obligatoire wajiba.
    2- bid3a interdite (haram)
    3- bid3a recommandée (manduba)
    4- bid3a deconseillée (makrouha)
    5- bid3a autorisée (mubaha)

    La bid3a selon lui doit etre exposée aux régles de la chari3a pour voir à quelle partie on doit la relier.

    Il donne des exemples pour chacune des parties citées :

    1- bid3a obligatoire (wajiba)

    - apprendre la science de la grammaire arabe afin de comprendre les textes coraniques et ceux de la sounna.
    - l'instauration des sciences qui protègent la chari3a comme la science de ousoul al-fiqh ou de la aqida ou la science de hadith etc... Tout cela n'existait pas en temps que science à l'époque du prophète .

    2- bid3a interdite (haram)

    Des sectes innovatrices ont inventé des croyances contraires à la croyance sunnite comme la croyance de qadariya, des jabriya ou des mourijiites et répondre à ces innovateurs est une obligation.

    3- bid3a recommandée (manduba)

    - la construction des écoles et des ponts et tout acte de charité ou d'intérêt public qui n'existait pas à l'époque du prophète .
    - parler des questions des maladies du coeur comme le fait le soufisme et apprendre la science de la polémique et la logique pour répondre aux attaques contre l'islam.

    4- bid3a déconseillée (makrouha)

    - l'excès dans l'art islamique et les dessins ou le gaspillage dans l'architecture des mosquée ou le fait de trop dessiner les feuilles du coran.

    5- bid3a autorisée (mubaha)

    - se saluer en se touchant les mains après la prière.
    - manger un bon repas, porter de meilleurs vêtements ou constuire de très bonnes maisons.

    Fin de la parole de al-3iz ibn Abdessalam rapportée par l''imam an-Nawawi dans son ouvrage tahdib al-asmaa wa al-lugaat

    3- L'imam al-Ghazali (rahimahu Allah) :

    La bid3a se divise en deux :

    - une bid3a mauvaise : celle qui contredit une sunna de telle sorte qu'elle fera disparaître une sunna.
    - une bid3a bonne qui ne contredit pas une sunna.

    Il ajoute dans son célèbre ouvrage al-ihya (revivification des sciences religieuses) :

    Tout ce que l'on fait et que le prophète n'a pas fait n'est pas une mauvaise bid3a, car la mauvaise bid3a doit contredire une sunna ou une bid3a qui efface un commandement de la chari3a.

    Fin de la parole de l'imam al-Ghazali dans son ihya


    4- L'imam al-hafid Badr ad-Din al-3ayni (rahimahu Allah) :



    La bid3a à l'origine consiste à faire un acte qui n'existait pas à l époque du prophète , mais il faut savoir que la bid3a se divisent en deux :
    - si cette bid3a s'inscrit sous un bon principe de la chari3a, alors c'est une bonne bid3a,
    - mais si elle s'inscrit sous un acte considéré comme mauvais par la chari3a, alors la bid3a est mauvaise.

    Fin de la parole du hafid Badr ad-Din al-3ayni dans son ouvrage 3oumdat al-qari charh sahih al-Boukhari


    Conclusion



    On va se limiter à ces paroles de savants, bien que j'en ai des tonnes et des tonnes.

    Il faut rappeler que tous les grands savants de la oumma comme al-hafid as-Subki, l'imam al-Karamani dans son charh de sahih al-Boukhari, l'imam Abdelhaq ad-Dahlawi le grand savant de l'Inde, le grand hafid hanbalite Ibn al-Jawzi, al-hafid Ibn Hazm al-Andalusi, l'imam hafid du maghreb Abdu Allah al-Guimari et beaucoup d'autres savants sont d'avis que la bid3a peut être bonne comme elle peut être mauvaise.

    Et en face de tous ces milliers de savants, il n'y a que deux savants qui disent le contraire, que la bid3a ne peut être que mauvaise : l 'imam Ibn Taymiyya et l'imam ach-chatibi.

    Donc on est presque en face d'un consensus sur la question de la division de la bid3a, voire même sur la question de lui appliquer les mêmes règle que le hukm (commandement), à savoir wajib, haram, mandub, makrouh et mubah comme on l'a vu avec an-Nawawi et al-Iz Ibn Abdessalam.

    L' avis plus que majoritaire est clair.

    Tout cela pour expliquer que tout acte doit être adressé aux savants reconnus de la oumma pour qu'ils établissent si tel acte est bid3a ou non.

    Les gens qui se précipitent de jeter des taxations de bid3a sur tout acte, n'ont rien compris de la chari3a.

    Les actes cités par akhi el farouq sont des exemples parmi tant d'autres pour ne citer que la fête du mawlid, les anachides, les madaih etc...

    Des gens aujourd'hui par leur ignorance aveugle et leur attachement aux pseudo-savants veulent faire une bid3a de tout acte ne figurant pas à l'époque du prophète .


    Cela est un danger car l'ignorance est le pire des dangers.


    Le fai de feter l'anniversaire du prophete s'approche de la coutume chretienne ki fete la naissancs de 'Issa 'alayhi salam.
    Et le prophete nous a bien de ne pa imiter les kuffar et les gens du livre.

    wa Allah ou a3lam
    Alors pour toi toutes les grandes sommités que nous venons de citer s'approche de la coutume des chrétiens ? Ils imiteraient donc les kouffars ? Les milliards de Musulmans qui ont pratiqués et qui pratique al mawlid annabi se sont approchés et s'appprochent de la coutume des chrétiens ? Ils auraient imités ou imitent les kuffars ?


    Je te demande ya akhi al karim de revenir sur tes paroles et sur tes accusations GRAVES que tu viens de proférer.


    Je laisse sidi Malik te répondre ainsi que mes frères mais saches akhi que nous sommes fatigués à chaque fois de nous justifier. Tous les éléments de réponses à ta question sont sur le forum. Si tu n'a pas le courage de faire des recherches libre à toi mais on ne répnodra plus à ce genre de questions.

    Sheykh ul-Islâm Zakariyyâ al-Ansârî

    Le revivificateur du 9ème siècle, le véritable Sheykh ul-Islâm

    Le Qâdî al-Qudât, le Mufassir, le maître des Juristes & des Muhadithîn, la perle entre les Hajarayn, Le Hâfidh doté de chaînes de transmission élevées, le Mathématicien, l'homme de lettre, le Pieux, l’érudit accomplit.


    Lire sa Biographie

  8. #8
    3030
    Guest

    Par défaut la refutation de mawlid

    j aimerai que tu cite un des sahaba 1er generation qui ont faiter le mawlid ; ou parmis 2 em :ou 3 em generation ; ses sahabas aiment plus rassulullah QUE NS ;i

    ls ont epuiser tout la maniere de l aimer ; ALLAH les a agree; ils sont une exp: pour ns, et on sait tres bien il est interdit de suivre qlq un meme si ss est un savant aveuglement ; et on sait aussi que la majorite n a forcement raison ,
    ;)

  9. #9
    banni
    Inscrit
    juin 2006
    Messages
    35

    Par défaut


    Assalamou 3aleykoum, excuse moi akhi de ne pas avoir saluer j'ai certes commis une erreur en ne le faisant pas et je le reconnait.

    Comme a demande le frere est-ce que tu peux nous citer des tabi3in ou tabi3 tabi3in qui ont feter l'aid mawlid car ils sont reconnus comme etant les meilleures generations.
    Quand je parle d'innovation (bid3a), je ne parle d'innovation technologique ou le fait de construire des maisons ou je ne sais quoi car le prophete nous a dit que nous etions les mieux placer en ce qui concerne la vie de tous les jours. Quand je parle de bid3a je parle de bid3a dans la religion.
    Cependant il est vrai que tu m'a apporter des paroles de grd savant et ceci est a prendre en consideration.
    Mais est-ce qu'il est vraiment necessaire d'instaurer une journee speciale pour se souvenir du prophete ou bien se devoir doit se faire tou au long de l'annee et non seulement un jour...
    Pour finir je me prie de m'excuser si la comparaison avec les chretiens ta toucher je n'avais peser mes poids et je m'en rend compte et je reconnais que j'ai pu blesser certains ce n'etait pas le but voulu.

    Je suis la pour apprendre inchaAllah et j'aime quand on m'apporte des paroles avec des citations de savant reconnus comme tu la fait mais cela ne veut pas dire qu'il faut les suivre aveuglement. L'imam Malik a dit que si on trouve un hadith qui contredit une de mes paroles alors jeter ma parole!

  10. #10
    Membre sénior Avatar de nizami
    Inscrit
    octobre 2005
    Messages
    2 273

    Par défaut

    Citation Envoyé par 3030
    j aimerai que tu cite un des sahaba 1er generation qui ont faiter le mawlid ; ou parmis 2 em :ou 3 em generation ; ses sahabas aiment plus rassulullah QUE NS ;i

    ls ont epuiser tout la maniere de l aimer ; ALLAH les a agree; ils sont une exp: pour ns, et on sait tres bien il est interdit de suivre qlq un meme si ss est un savant aveuglement ; et on sait aussi que la majorite n a forcement raison ,
    ;)
    salam alaikoum

    Hassan ibn thabit recitait des poèmes à la gloire du prophète sas, puis Omar lui accorda une chaire dans la mosquée du prophète pour chanter les louanges à Allah et son prophète .

    Toute assemblée de musulman est un mawlid, la prière en commun est un mawlid, la hadjj est un mawlid, la visite au prophète est un mawlid.

    penser au prophète est un mawlid, pratiquer sa sounna est un mawlid.

    toute notre vie est un MAWLID.


    .

  11. #11

    Par défaut




    Mes frères abdurrachid et 3030, lisez avec une bonne intention le lien de aslama que je vais poster incha Allah. Beaucoup de choses s'éclairciront pour vous sur cette question :

    http://aslama.com/forums/showthread.php?t=3906&highlight=al+mawlid

    Pour ce qui est de la parole de Malik rapportée par notre frère ("si vous trouvez un hadith, rejetez ma parole"), je te pose la question suivante pour t'aider incha allah à comprendre cette parole :

    Dans le mouwatta de Malik, il y a un hadith qui dit qu'il est sounna pour le musulman de mettre la main droite sur la main gauche quand il prie, c'est ce qu'on appelle al-qabd fi as-salat.

    Bien.

    Mais dans la moudawwana, le célèbre livre de fiqh de Malik, son élève Ibn al-qasim lui pose la question sur al-qabd, et lui demande s'il fait partie de la prière. L'imam Malik lui répond qu'il n'a pas connaissance de cela comme faisant partie de la prière.

    Alors ou Malik est fou ou on a mal compris sa parole.

    J'attends ta réponse, ensuite je t'expliquerai si tu veux connaitre le sens des paroles des savants qu'il ne faut pas comprendre superficiellement..

  12. #12
    banni
    Inscrit
    juin 2006
    Messages
    35

    Par défaut

    Citation Envoyé par nizami


    salam alaikoum

    Hassan ibn thabit recitait des poèmes à la gloire du prophète sas, puis Omar lui accorda une chaire dans la mosquée du prophète pour chanter les louanges à Allah et son prophète .

    Toute assemblée de musulman est un mawlid, la prière en commun est un mawlid, la hadjj est un mawlid, la visite au prophète est un mawlid.

    penser au prophète est un mawlid, pratiquer sa sounna est un mawlid.

    toute notre vie est un MAWLID.


    .
    Assalamou 3aleykoum,
    peut tu me traduire le sens du mot mawlid prceque je crois qu'on en a pas la meme signification...
    tu confend peut etre mawlid et 'ibada?

  13. #13
    banni
    Inscrit
    juin 2005
    Messages
    1 399

    Par défaut

    salam alaykoum wa rahmatoullah wa barakatouh,

    Je me permets juste d'apporter la référence exacte de la citation évoquée par sidi malik ibn anas :

    Ibn al-Qâsim, le principal disciple de l'imam Mâlik, a dit dans al-Mudawwana :

    “…Mâlik a dit à propos du fait de placer la main droite sur la main gauche pendant la prière. Il a dit : “Je n'ai pas connaissance de cela dans la (prière) obligatoire.” Et il détestait cela. “Cependant, dans les prières volontaires (nawâfil), quand on se tient debout pendant un long moment, il n'y a pas de mal en cela (pour celui qui) s'en sert pour s'appuyer.”

    (al-mudawwana al-kubrâ, volume 1 page 111, dâr al-fikr, 1998)

  14. #14
    banni
    Inscrit
    juin 2006
    Messages
    35

    Par défaut

    Citation Envoyé par Djibril
    salam alaykoum wa rahmatoullah wa barakatouh,

    Je me permets juste d'apporter la référence exacte de la citation évoquée par sidi malik ibn anas :

    Ibn al-Qâsim, le principal disciple de l'imam Mâlik, a dit dans al-Mudawwana :

    “…Mâlik a dit à propos du fait de placer la main droite sur la main gauche pendant la prière. Il a dit : “Je n'ai pas connaissance de cela dans la (prière) obligatoire.” Et il détestait cela. “Cependant, dans les prières volontaires (nawâfil), quand on se tient debout pendant un long moment, il n'y a pas de mal en cela (pour celui qui) s'en sert pour s'appuyer.”

    (al-mudawwana al-kubrâ, volume 1 page 111, dâr al-fikr, 1998)
    Assalamou 3aleykoum,
    l'imam Malik a surement dis sa mais est-ce que ta lu alfiq sunna de Said Sabiq ou il cite des hadith prouvant que le prophete mettait sa main droite sur sa main gauche sur sa poitrine lorsqu´il priait.
    Peut etre que l'imam Malik n'en avait pas la connaissance mais maintenant toi t'en a la connaissance.
    Faut arreter de paser la parole des savants avant celle du prophete

  15. #15

    Par défaut



    l'imam Malik a surement dis sa mais est-ce que ta lu alfiq sunna de Said Sabiq ou il cite des hadith prouvant que le prophete mettait sa main droite sur sa main gauche sur sa poitrine lorsqu´il priait.

    Tu compares Sayyid sabiq à Malik ibn Anas qui avait 900 chaykhs dont 300 sont des élèves des sahaba et les 600 autres des élèves des élèves des sahaba.

    Et apparement tu n'as pas lu ce que al-Albany a dit sur ce livre.

    Peut etre que l'imam Malik n'en avait pas la connaissance mais maintenant toi t'en a la connaissance.

    Wa Allahi tu me fais de la peine Allah yahdik arrête de parler sans science.

    L'imam Malik qui a eu 900 chaykhs, qui a appris la science de la bouche des élèves des sahaba, qui a vécu dans la ville où a vécu toute la fin de sa vie le prophète, qui a passé toute sa vie à rassembler les ahadith sahih et qui a écrit le premier livre sahih de hadith n'a pas vu cela ? Allah yahdik.

    Il l'a bien vu, tout comme il en a vu beaucoup d'autres qu'il n'a pas cité dans le mouwatta.

    Et pour te faire réflechir deux fois akhi, je te rapporte le hadith de al-qabd rapporté par Malik dans son mouwatta qu'il a donc bien vu et noté et qu'il a considéré sahih :

    الحديث أخرجه موطأ الإمام مالك عن عبدالكريم بن أبي المخارق البصري، وهو أنه صلى الله عليه وسلم قال: (من كلام النبوة إذا لم تستح فاصنع ما شئت، ووضع اليدين إحداهما على الأخرى في الصلاة)

    Faut arreter de paser la parole des savants avant celle du prophete


    plutot faut arreter de parler de savants sans avoir connaissance et savoir car ils connaissent les ahadith et la sunna bcp bcp bcp avant et plus que qui conque .
    j attends que tu nous resouds cete enigme
    je te reposte les deux avis de malik afi que tu reviends à la sagesse et savoir que les ahadith est un oceon trop trop trop large pour toi alors contente toi de la parole de savants et si tu lis les dalil tres bien mai selon la comprehenssio des savants mais quel savants.


    1 hadith de malik sur al qabd rapporté dans son mouwatta.

    الحديث أخرجه موطأ الإمام مالك عن عبدالكريم بن أبي المخارق البصري، وهو أنه صلى الله عليه وسلم قال: (من كلام النبوة إذا لم تستح فاصنع ما شئت، ووضع اليدين إحداهما على الأخرى في الصلاة)

    2 l avis de malik sur al qabd qu 'i ne le considére pas faire partie de la salat:
    Ibn al-Qâsim, le principal disciple de l'imam Mâlik, a dit dans al-Mudawwana :

    “…Mâlik a dit à propos du fait de placer la main droite sur la main gauche pendant la prière. Il a dit : “Je n'ai pas connaissance de cela dans la (prière) obligatoire.” Et il détestait cela. “Cependant, dans les prières volontaires (nawâfil), quand on se tient debout pendant un long moment, il n'y a pas de mal en cela (pour celui qui) s'en sert pour s'appuyer.”

    (al-mudawwana al-kubrâ, volume 1 page 111, dâr al-fikr, 1998)


    alors monsieur qui suit le dalil dis nous malik cite le hdith et le pratique pas ou il est hypocrite hacha malik ou il a oublié se qui est imposible car il a passé 25 ans à ecrire le mouwatta et les savants rapporttent les noms des savants qui ont oublié à la fin de leur vie et malik ne fait pas partie ou autre chose .
    se que je veux que tu decouvre tt seul akhi c est cet autre chose .
    car une foi que tu va decouvrire t seul sela tu comprendra comment o doit se comporter vis à vis des ahadith et le coran avant le hadith et avec les paroles des savants etc...




Page 1 sur 6 123456 DernièreDernière

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas éditer vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Activé