Page 1 sur 3 123 DernièreDernière
Résultats de 1 à 15 sur 39

Sujet : LES BATAILLES EN ISLAM

  1. #1
    Membre sénior Avatar de ibn abdoulbari
    Inscrit
    juillet 2005
    Localisation
    lyon
    Messages
    3 447

    Par défaut LES BATAILLES EN ISLAM











    ALLAH dit : إِنَّ اللّهَ لاَ يُغَيِّرُ مَا بِقَوْمٍ حَتَّى يُغَيِّرُواْ مَا بِأَنْفُسِهِمْ وَإِذَا أَرَادَ اللّهُ بِقَوْمٍ سُوءاً فَلاَ مَرَدَّ لَهُ وَمَا لَهُم مِّن دُونِهِ مِن وَالٍ


    En vérité, Dieu ne modifie point l'état d'un peuple, tant que les [individus qui le composent] ne modifient pas ce que est en eux-mêmes. Et lorsque Dieu veut [infliger] un mal à un peuple, nul ne peut le repousser : ils n'ont en dehors de lui aucun protecteur.
    (sourate Ra'ad v.11)



    Al Hamdoulilehi rabbi al alamine wa salat wa salam 3ala Saydina Mouhamed wa 3ala alihi wa sahbihi wa azwajihi wa dhourriyatihi wa min tabi3i ila yawm ad din


    Allah dit : وَلَقَدْ كَتَبْنَا فِي الزَّبُورِ مِن بَعْدِ الذِّكْرِ أَنَّ الْأَرْضَ يَرِثُهَا عِبَادِيَ الصَّالِحُونَ
    Et Nous avons certes écrit dans le Zabour, après l'avoir mentionné (dans le Livre céleste), que la terre sera héritée par Mes bons serviteurs" (sourate al-Anbiya v.105)

    Chers frères et soeurs fillah c'est en se basant dans ce verset là que j'ai eu l'idée de faire une série sur les batailles que les musulmans ont affronté leurs ennemis pour répandre l'islam et pour faire sortir les gens du ténèbre vers la lumière Donc Allah nous explique que la terre sera hérité par les bons serviteurs , Alors il faut nous musulmans qu'on a la certitude de cette promesse d'Allah Ceux qui nous sont précédés les compagnons et ceux qui les ont suivi ont compris le sens de cette verset car ils avaient vraiment de cette certitude au point que dans leur bataille ils étaient acharnés et ils avaient soif de victoire comme on verra dans le sujet Aujourd'hui ce qui nous manque c'est le fait qu'on apporte pas cette verset dans nos tête on baisse les bras on veut toujours être petit vis à vis des autres alors que tous les jours ont dit Allah Akbar ! on sait qu'il y a que Allah qui est le plus Grand donc on laisse les autres de nous marcher dessous On verra que les compagnons avaient un seul objectif que la parole d'Allah soit au dessus des autres paroles J'espère que ces batailles là vont nous porter de sakina , qui vont nous forcer à aller de l'avant et que inchallah que dans notre époque on soit parmi les gens qui vont rester dans l'histoire pour apporter de l'islam de l'avant que avec le printemps Arabe et l'arrivée au pouvoir des partis progressiste soient un début de la lumière Alors inchallah on demande Allah de nous donner la force et la vie à finir ce sujet bi'idhnilah Les batailles qu'on va parler ce sont les batailles se l'époque du prophète jusqu'à au calife d'Omar ibn al-Khattab A commencer pour la bataille de Badr
    - Uhud
    -du Fossé
    - de Mouta
    - Waladja
    - de Lis
    - la bataille d'Aïn at-Tarmr
    - la bataille de Hacid de Khanafis Moudhaya'h
    - De Thini, de Zomaïl et Radhab
    - Bataille de Firadh
    - Bataille de Namariq
    - De Kaskar - Bataille du Pont
    - Bataille de al-Qadissiya
    - Bataille d'Emesse
    - Bataille de Birouth

    A SUIVRE INCHALLAH LA BATAILLE DE BADR

    وَفَوْقَ كُلِّ ذِي عِلْمٍ عَلِيمٌ


    ET AU-DESSUS DE TOUT HOMME DETENANT LA SCIENCE IL Y A UN SAVANT [PLUS DOCTE QUE LUI]

  2. #2
    Membre sénior Avatar de ibn abdoulbari
    Inscrit
    juillet 2005
    Localisation
    lyon
    Messages
    3 447

    Par défaut Re : LES BATAILLES EN ISLAM




    Aujourd'hui inchallah on va commencer notre série par la bataille de Badr

    Mais avant je veux rappeler notre verset pour nous inciter à avoir de projet n'importe lesquelles pour notre religion et pour avancer notre communauté pour les générations futures:
    Allah dit : وَلَقَدْ كَتَبْنَا فِي الزَّبُورِ مِن بَعْدِ الذِّكْرِ أَنَّ الْأَرْضَ يَرِثُهَا عِبَادِيَ الصَّالِحُونَ
    Et Nous avons certes écrit dans le Zabour, après l'avoir mentionné (dans le Livre céleste), que la terre sera héritée par Mes bons serviteurs" (sourate al-Anbiya v.105)
    Il faut savoir que la majorité des Mufasiruns ont dit que le mot Zabur regroupe toutes les révélation qu'Allah a révélé
    Allons mes frères et soeurs la terre sera hérité par nous c'est une promesse qu'Allah nous a fait . Continuons à travailler dans le bien


    LA BATAILLE DE BADR

    Dans la second année de l'hégire , le premier jour du mois de ramadhân , le prophète fut averti qu'une caravane Mecquoise , chargée de nombreuse marchandises, venait de Châm sous la conduite d'Abou Soufyan et d'autres personnages considérables de la Mecque
    Cette nouvelle fut apportée au prophète par Djibril qui lui dit : Par à la recherche de la caravane ; elle passera près de puits de Badr , elle ne peut pas éviter de passer par cet endroit
    Le prophète fit réunir ses compagnons et donna l'ordre de partir dans le temps même du jeûne
    Allah m'a promis de me livrer leurs biens , de glorifier ma religion et de nous rendre maître de leurs personnes . Nous prendrons le caravane
    Mais les hommes pensèrent qu'ils la prendraient et qu'ils n'auraient pas de grands efforts à faire . soixante-dix hommes partirent en toute hâte.
    Le lendemain le prophète , après avoir établi comme son lieutenant à Médine Abou Lobâba , partis lui même avec trois cent seize hommes ou bien trois cent treize ou trois cent quatorze selon d'autres versions
    Ils partirent précipitamment sans prendre leur armement complet . Deux d'entre eux avaient des chevaux, soixante -dix étaient montés sur des chameaux , les autres étaient à pied
    Le prophète montait sa chamelle nommée Adhba .
    Ces troupes étaient composées de soixante dix huit Muhadjirun parmi eux Abou Bakrr, Omar ibn al-Khattab , Ali Ibn Abou Talib , Hamza et Othman que le prophète l'a ordonné de retourner à cause de la maladie de sa femme Roqayya la fille du prophète
    Le chef des Ançar était Sa'd ibn Mo'âds qui était le chef des Khazradj
    Arrivée à la première étape , le prophète passa ses troupes en revue. Il renvoya cinq hommes comme étant trop jeunes à savoir : Abdallah ibn Amrou ; Râfi' ibn Khodaïdj ; Zaïd ibn Thâbit ; Osïd ibn Zhahîr et Amrou ibn Abou Waqqâç
    Amrou pria Sa'd ibn Abou Waqqâç d'intervenir auprès de Muhhamad pour qu'il l'emmenât avec lui
    Ensuite le prophète marcha en toute hâte sur Badr pour couper le chemin à Abou Sufyan
    Arrivée à la seconde station , il fut informé que la caravane n'était pas encore passé .
    Djibril vint annoncer au prophète que Allah l'assisterai de toutes manières dans son entreprise
    Ensuite Muhammad dépêcha deux des principaux Muhadjirun à savoir : Tal'ha ibn Obaïdallah et Sa'd ibn Zaïd ibn Naufal pour épier la marche d'Abou Sufyan . Ces deux hommes s'égarèrent dans le désert et ne revinrent pas pour prendre part au combat de Badr
    Le prophète fit partir deux autres Muhadjirunsl'un nommé Basba ibn Amrou; l'autre Adî ibn Abou Zaghbâ. Il leur ordonna de se rendre auprès des puits de Badr et d'y prendre des informations sur la marche de la caravane
    Arrivée près de Badr les deux compagnons y vinrent un homme qui avait apporté des provisions et qui les avait déposées là en attendant la caravane . Ils s'approchèrent du puits, firent coucher leurs chameaux et vinrent pour interroger cet homme .
    Alors ils aperçurent deux femmes qui s'adressaient réciproquement des réclamations. L'une disait à l'autre : Rends_moi l'argent que tu me dois . L'autre répondait: Demain la caravane arrivera près de ce puits, je vendrai quelque chose et te rendrai ton argent
    Les deux émissaires en attendant ces paroles, ne dirent rien, remplirent d'eauet montèrent sur leurs chameaux , partirent et vinrent avertir le prophète
    Ils n'eurent pas plus tôt quitté le puits qu'Abou Sufyan et Amrou ibn al-Aç y arrivèrent , seuls de leurs caravane.
    Abou sufyan en passant sur le territoire de Yathrib , s'était enquis des mouvements du prophète et de ses compagnons
    Abou sufyan et Amrou ibn al-Aç vinrent donc à Badr donnèrent de l'eau à leurs chameaux , burent eux-mêmes , remplirent leurs outres et questionnèrent l'homme qui était assis près de puits . Interrogé par eux sur son nom et sur le nom de sa tribu il leur dit qu'il s'appelait Medjdi ibn Amrou de la tribu de Djohaïna
    Abou Sufyan lui demanda ensuite : As-tu quelques renseignements sur les brigands de Yathrib ?
    Est ce quelqu'un d'entre eux est venu à ce puits avant nous ?
    Medjdi répondit : Tout à l'heure deux hommes y sont venus ont bu, ont abreuvé leurs chameaux , sont remontés sur leurs montures et sont repartis
    Ne t'ont-ils rien dit ? lui demanda Abou Sufyan
    Non
    Abou Sufyan demanda ensuite à quel endroit les chameaux étaient restés . S' y étant rendu , il trouva leur crottin ; en prenant un peu il l'éparpilla
    Des noyaux de dattes en sortirent. Il dit : à Amrou ibn al-Aç: ces hommes étaient de Médine; Muhhammad est sur nos traces lui ou des gens envoyés par lui
    Comment le sais-tu ? lui demanda Amrou ibnal-Aç.
    Abou Sufyan dit : les gens de Médine seuls dans le Hedjaz donnant à manger aux chameaux des noyaux des dattes
    Abou Sufyan engagea immédiatement un homme nommé Dhamdham ibn Amrou de la tribu de Ghifar qui possédait un chameau très rapide et le dépêcha à la Mecque
    Abou Sufyan lui recommanda , quand il entrerait dans la ville de crier au secours. Il lui dit : Rends-toi sur le mont Abou-Qobaïs et crie de façon à être entendu de tous les habitants de la Mecque que tu es parti envoyé par moi de telle station pour leur annoncer que Muhammad et les brigangs de Médine sont sur mon chemin et que s'ils tiennent à leurs biens, qu'ils arrivent sinon qu'ils ne trouveront plus rien
    Dhamdham partit , la caravane restant à la distance de deux étapes de Badr de même que le prophète qui l'attendait à son passage près des puits

    A SUIVRE LA SUITE INCHALLAH

    وَفَوْقَ كُلِّ ذِي عِلْمٍ عَلِيمٌ


    ET AU-DESSUS DE TOUT HOMME DETENANT LA SCIENCE IL Y A UN SAVANT [PLUS DOCTE QUE LUI]

  3. #3
    Membre sénior Avatar de ibn abdoulbari
    Inscrit
    July 2005
    Localisation
    lyon
    Messages
    3 447

    Par défaut Re : LES BATAILLES EN ISLAM




    Les Quoreïch avaient pris place chacun dans un cercle au temple de la Ka'ba . Tout à coup des cris se firent entendre dans la vallée et tous précipitèrent hors de la ville dans la direction de la voix. Pendant ce temps , Abbas accomplissait ses tournées autour du temple
    Ces cris étaient poussés par Dhamdham qui était arrivé et qui fit comme Abou Soufyan lui avait ordonné . Il alla au haut du mont Abou Qobaïs et cria de façon à être entendu de tous les habitants. Ceux-ci furent stupéfaits, car il n' y avait un seul chef de famille qui n'eut dans la caravane un capital Abou Djahl , Otba ibn Rabi'a et les principaux Qoraïch firent proclamer une levée générale.
    On fit en deux jours les préparatifs de guerre et l'on partit le troisième jour . Tous les chefs et grands personnage de la Mrcque prirent par à l'expédition ou envoyèrent des hommes à leur place , sauf la tribu des Bani -Adi qui étaient des personnages considérable s et n'étaient pas soumis à Abou Djahl et à Otba , en outre ils n'avaient pas de marchandises dans la caravane

    Abbas ne voulut pas partir avec l'armée; mais Abou Djahl dans le temple, lança contre lui des reproches , en disant . Nous savons que toi et les autres Bani Hashim , vous tenez à Muhammad ; vous êtes ses espions dans le temple . Mais si nous revenons victorieux de cette guerre , nous expulseront tous les Bani-Hashim de la Mecque . Les autres Qoraïch tenaient à Abbas le même ,langage . Abbas répliqua : Je suis vieux et ne suis pas propre pour la guerre ; mais j'enverrai mes fils : Fadhl ; Abdallah ; Qotham et Obaïdallah
    Les Qoraïch dirent : C'est bien d'envoyer les quatre fils , mais il faut que tu viennes aussi . Je partirai dit Abbas
    Il prit cette résolution malgré lui et fit ses préparatifs . Ses fils voulurent l'accompagner ; mais il ne le permis pas et partit avec un de ses esclaves . Ses neveux vinrent le trouver et lui dirent : Tu es un homme âgé nous te laisserons pas partir seul; nous irons avec toi. Abbas s' y opposa ; mais ceux-là savaient qu'il parlait ainsi par haine des Qoraïch et par dépit d'être contraint de partir. Trois de ses neveux allèrent donc avec lui à savoir : Talib et Aqil ibn Abou Talib ; Naufal ibn Harith

    Omayya ibn Khalaf de la tribu de Djoum'ah, ne voulut pas prendre part à l'expédition à cause de son âge avancé
    Il avait deux fils , Safwan et Abdallah ; il fit prtir ce dernier, le plus jeune des deux . Il avait aussi un ami nommé Oqba ibn Abou- Mo'aït , le même qui avait craché à la figure du prophète
    Abou Djahl chargea Oqba de déterminer Omayya au départ; Car dit-il nous ne pouvons pas le laisser ici ; il jouit d'une grande considération ; s'il reste, personne ne voudra quitter la Mecque . Oqba vint trouver Omayya qui était assis dans le temple au milieu d'une troupe de Qora¨ch et lui dit : Ne veux pas venir avec tous ces gens ?
    Vous êtes assez nombreux , répondit Omayya. Oqba dit : Viens par amour pour moi . Moi j'ai craché à la figure de Muhammad parce que tu l'as voulu; il est juste que tu fasses ma volonté , en venant avec nous . Omayya répliqua: Je suis vieux , j'envoie mon fils qui est jeune.
    Oqba dit : Tu n'es pas plus vieux qu'Abbas qui est l'oncle de Muhammad et qui cependant vient avec nous ; n'as-tupas honte de refuser de partir ? Mais Omayya persista dans son refus , malgré les instances d'Oqba . Alors celui-ci envoya chercher dans sa maison une cassolette, dans laquelle il fit mettre du feu et du bois et la plaça sous le vêtement d'Omayya, puis il apporta un fuseau et le plaça à côté de lui . Que signifie cela ? demanda Omayya. Oqba dit : comme tu n'oses pas aller à la guerre et reste assis à filer.
    Omayya fut très affecté et très -honteux de ces paroles . Il jeta la cassolette et le fuseau sur Oqba et lui lança des injures. Puis il se leva , fit ses préparatifs et partit lui et son fils avec l'armée

    Abou Lahab ibn Abdoul- Motalib étant fort malade ne pouvait pas se joindre à l'armée . Il avait une créance de quatre mille dirhems sur un homme considérable de la tribu de Makhzoum nommé Aç ibn Hischam ibn Moghaïra
    Aç envoyait à l'armée un remplaçant . Abou Lahab lui dit : Si tu pars toi-même je te fais remise de ces quatres mille dirhems .
    Aç partit de sa personne avec une troupe dse Bani Makhzoum des gens de sa famille et de ses affranchis

    Le troisième jour après après l'arrivée d' Dhamdham , mille hommes sortirent de la Mecque , piétons et cavalier montés sur les cheveux arabes et sur des chameaux de courses, tous complètement armés
    A la porte de la ville Abou Djahl inscrivit les noms de tous les hommes qui composaient l'armée
    Tous étaient plein de joi et dirent : Muhammad pense qu'il en sera d'Abou Soufyan comme d'Amrou ibn al-Hdhrami dont la caravane venant de Taïf . Nous lui montrerons aujourd'hui comment nous protégeons nos biens et notre religion et nous arracherons les hommes de ses mains

    Ni Abou Soufyan ni le prophète ne savaient que l'armée de Qoraïch s'était mise en campagne
    Le prophète rencontra sur sa route un village nommée Safra, situé entre deux montagnes. Il demanda le nom du bourg et ensuite les noms des deux montagnes ; On lui dit aussi sur sa demande le nom des Arabes qui habitaient cet endroit; c'étaient deux branches de la tribu de Ghifâr
    . Il passa entre les deux montagnes , prit sur la droite et vint à un lieu nommé Dsafiran une étape de Badr .
    C'est là qu'il attendit l'arrivée de la caravane d'Abou Soufyan
    Abou Soufyan après être revenu avec Amrou ibn al-Aç de son excursion à Badr et après avoir fait partir Dhamdham pour la Mecque demeura encore trois jours au même endroit
    Ensuite il dit à Amrou : Pourquoi rester ici ? Muhammad est plus près de nous que les gens de la Mecque avant que ceux-ci arrivent il peut se passer beaucoup de chose s
    Conduisons la caravane loin d'ici en quittant la route pour nous rapprocher chaque jour de la Mecque et nous éloigner de Muhammad
    En conséquence Abou Soufyan partit avec la caravane en évitant la route , laissa les puits de Badr à sa gauche et se dirigea vers le bord de la mer ; puis en longeant la côte , il prit la route de la Mecque vers Djeddah chemin plus long de cinq journées de distance de la ville
    Là elle apprit le départ de l'armée mecquoise qui avait poussé la veille par cet endroit se dirigeant vers Badr pour attaquer Muhammad

    A SUIVRE LA SUITE INCHALLAH

    وَفَوْقَ كُلِّ ذِي عِلْمٍ عَلِيمٌ


    ET AU-DESSUS DE TOUT HOMME DETENANT LA SCIENCE IL Y A UN SAVANT [PLUS DOCTE QUE LUI]

  4. #4
    Membre débutant
    Inscrit
    November 2011
    Localisation
    Bordeaux
    Messages
    146

    Par défaut Re : LES BATAILLES EN ISLAM


    barakALLAH ou fik pour ce savoir que tu partages qu'ALLAH Le Très-Haut t'ne récompense amine


  5. #5
    Membre sénior Avatar de ibn abdoulbari
    Inscrit
    July 2005
    Localisation
    lyon
    Messages
    3 447

    Par défaut Re : LES BATAILLES EN ISLAM





    Wa fikum ma soeur Oumm Hnina qu'Allah te récompense à toi aussi ainsi qu'à tout le monde . Amine !


    Donc avant de continuer notre sujet sur la bataille de Badr faisons un petit rappel sur notre verset : وَلَقَدْ كَتَبْنَا فِي الزَّبُورِ مِن بَعْدِ الذِّكْرِ أَنَّ الْأَرْضَ يَرِثُهَا عِبَادِيَ الصَّالِحُونَ
    Et Nous avons certes écrit dans le Zabour, après l'avoir mentionné (dans le Livre céleste), que la terre sera héritée par Mes bons serviteurs" (sourate al-Anbiya v.105)

    Comme je vous ai dit que c'est la base de notre cheminement pour ne pas baisser les bras et continuer à oeuvrer jusqu'à la victoire car quoi qu'il arrive cette terre là soit hérité par les croyants si ce n'est pas nous ça sera pour les futures génération
    Alors à nous de travailler d'éduquer nos enfants de la bonne manière qu'elle soit
    A ne pas faire les contraire ou à l'envers de l'éducation comme on voit maintenant dans la plus part de famille à savoir la pratique d'abord et après la foi
    Alors que normalement on devrait commencer par la foi et le tahwid et ensuite la pratique comme il a fait le prophète pendant 13 ans à la Mecque et ensuite la pratique pendant 10 ans à Medine . Car si on a la foi la pratique ça vient toute seule
    Donc on doit prendre l'exemple de Louqman dans sourate Louqman où il a commencé par la Tahwid et enfin il a finit par la prière pour l'exhortation de son fils
    Donc je vous envoie sur le sujet : (l'éducation de l'enfant dans le coran sur Aslama dans la rubrique du coran)http://www.aslama.com/forums/showthr...E-L-ENFANT-DAN

    Revenons à notre sujet :


    Après avoir vu la préparation des Qoreïch maintenant on va voir ce que les gens de Medine prépare de leur côté

    Les gens de Médine n'étaient informés ni de la marche de la caravane , ni de l'arrivée d'une armée de la Mecque
    Le prophète se trouvait toujours à Dsafiran,guettant la caravane
    Alors Djibril vint annoncer qu'Abou Sofyan avait sauvé la caravane et qu'une armée arrivait de la Mecque
    Mais Allah t'a promis la victoire et sur la caravane et sur l'armée
    Le prophète convoqua ses compagnons et leur fit part des événements . Ils furent consternés
    Le prophète leur dit : Ne vous affligez pas, car Allah m'a promis la victoire en tout état de choses , soit sur la caravane , soit sur l'armée
    Les musulmans dirent Ô Envoyé d'Allah ! prie pour que Allah nous fasse triompher de la caravane , ce sera plus facile et la lutte sera moins vive ; car nous tous nous sommes partis sans faire des préparatifs de guerre et sans être complètement armés
    Allah dit :
    .وَإِذْ يَعِدُكُمُ اللّهُ إِحْدَى الطَّائِفَتِيْنِ أَنَّهَا لَكُمْ وَتَوَدُّونَ أَنَّ غَيْرَ ذَاتِ الشَّوْكَةِ تَكُونُ لَكُمْ وَيُرِيدُ اللّهُ أَن يُحِقَّ الحَقَّ بِكَلِمَاتِهِ وَيَقْطَعَ دَابِرَ الْكَافِرِينَ
    .لِيُحِقَّ الْحَقَّ وَيُبْطِلَ الْبَاطِلَ وَلَوْ كَرِهَ الْمُجْرِمُونَ

    Allah vous avait promis la victoire sur l'une des deux troupes ennemies, et vous auriez préféré triompher de celle qui n'était pas armée. Or, Dieu aux arrêts immuables voulait faire triompher la Vérité dans tout son éclat et anéantir les infidèles jusqu'au dernier
    cela afin d'avérer le Vrai et de dissiper le faux, quelle que fût la répulsion qu'en avaient les criminels(sourate al-Anfal v.7à8)

    pendant ce temps là Abou Soufyan arrivé à trois journées de la Mecque apprenant que l'armée y avait passé en se dirigeant vers Médine, et que ses propres fils étaient dans l'armée envoya cet endroit même un message vers les troupes et fit dire aux chefs : Si c'est pour sauver vos biens que vous êtes mis en campagne , ils sont en sûreté maintenant ; je suis arrivé sur le territoire de la Mecque . Rentrez et évitez la guerre et le meurtre; car ceux qui sont avec Muhammad appartiennent à nos famille et sont nos parents . Il est inutile de verser le sang
    Le messager d'Abou Soufyan trouva l'armée campé à Djo'hfa à trois journées de Badr
    Parmi les infidèles les avis furent partégés . Les uns voulaient marcher en avant , les autres voulaient s'en retourner
    Otba ibn Rabi'a exprima ce dernier avis
    Abou Djahl dit : Par Allah nous ne nous en retournerons pas avant d'avoit été à Badr et avant d'y avoir passé dix jours à boire du vin et à nous reposer ; nous inspirons ainsi la terreur aux brigands de Médine ; Tous les arabes entendront parler de notre armée et nous craindrons , et personne n'osera plus poursuivre une de nos caravane
    Otba après avoir être convaincu par les paroles de Abou Djahl répliqua : Demain on verra qui a la colique, de moi ou de celui aux fesses jaunes. Otba proposa donc de marcher en avant ; mais les autres étaient divisés , les uns voulaient s'en retourner les autres ne voulaient pas
    Talin Ibn Abou Talib engagea son oncle Abbas à s'en retourner avec lui mais Abbas n'osait pas par crainte d'Abou Djahl et du Qoreïch
    Avec tous les fraction des tributs arabes à l'exception de ceux de Bani-Adi ibn Ka'b car eux n'avaient pas de marchandises dans la caravane et celle de Bani Zohra l'armée Qoreïch ne se composait plus que de neuf cent cinquante hommes . Abou Djahl craignant que d'autres encore ne s'en allassent, leva son camp dans la même nuit et s'avança sur Badr . Toute l'armée le suivit
    Après avoir été averti par Djibril que la caravane s'était sauvée et qu'une armmée venait de rencontrer , le prophète réunit ses compagnons pour délibérer avec eux sur ce qu'il y avait à faire .
    Tous les Mouhadjir et les Ançar étaient présent il leur demanda leur avis
    Abou Bakr se leva le premier et dit : Ô Envoyé d'Allah nous ferons ce que tu voudras et ce que tu ordonneras. Ceux-là sont nos parents ; mais nous avons cru en toi et nous avons accepté ta religion et nous avons renoncé à eux . Nous avons fait de nos corps et de nos âmes ta rançon ; nous lutterons contre eux pour toi ou Allah te fera triompher d'eux et fera triompher ta religion et l'infidélité sera exterminée dans le monde ou nous périrons tous pour toi
    Le prophète remercia Abou Bakr lui donna des éloges et lui dit de s'asseoir ; car il désirait savoir si les Ançar prendraient ou non ce même engagement sachant bien que le Mouhadjirun lui prêteraient aide te secours tandis que il craignait que les Ançar et les gens de Médines ne s'en retournassent
    Abou Bakr ayant repris sa place , le prophète demanda de nouveau un avis . Omar ibn al-Khattab se leva et tint le même langage qu'Abou Bakr
    Le prophète le remercia également et lui dit de s'asseoir . Ayant renouvelésa demande Miqdad ibn Amrou appartenant lui aussi aux Mouhadjiroun se leva et dit : Ô Envoyé d'Allah c'est à nous de tirer l'épée à toi de prier et à Allah de donner la victoire . Nous ne dirons pas comme disaient les Bani-Israël à Moussa : Allez toi et ton Seigneur et combattez ; quant à nous nous resterons ici . Assiste-nous de ta prière demanda à Allah la victoire car nous combattrons nous-mêmes , Le prophète le loua et lui dit
    Assieds-toi je connais les sentiments de vous tous ô Mouhadjiroun , je ne doute pas vos intentions
    Ensuite il demanda un nouvel avis . Tous reconnurent que cet appel s'adressait aux Ançar.
    Sa'd ibn Mu'adh se leva et dit : Ô Envoyé d'Allah est-ce nous que tu as en vue par ces paroles ?
    En effet dit le prophète car c'est votre concours que je demande
    Sa'ad ibn Mu'ads dit : Que pouvons-nous faire ô Envoyé d'Allah ? Nous avons cru en toi nous t'avons prêté serment et nous t'avons accueilli . Il est dans notre devoir de te défendre . Nos âmes sont ta rançon et nous verserons notre sang pour toi que ce soit contre les Qoreïch ou les Arabes ou les Perses, les habitants de Roum ou les Abyssins ; nous nous tiendrons devant toi , nous protégerons et combattrons les ennemis que ce soit à Médine dans le désert ou en pays cultivé, sur la mer ou sur les montagnes, nous ne serons partout avec toi et ne t'abandonnerons pas jusqu'à la mort
    Le prophète très heureux de ces paroles appela Sa'd près de lui l'embrassa sur les yeux et le visage et lui dit : O Sa'ad qu'Allah te récompense pour ta foi , ta bravoure et ta fidélité ! Immédiatement il fit marcher l'armée et fit halte à deux parasanges de BADR
    En épiant l'approche de l'armée Qoreïch près des puits il rencontra un vieillard arabe qui ne le connaissait pas . Le prophète lui demanda s'il avait des renseignements sur la caravane d'Abou Soufyan
    Le vieillard répondit : La caravane est en sûreté , mais une armée est sortie de la Mecque qui va pour combattre Muhammad et les gens de Médine
    Le prophète lui demanda ensuite : Quels renseignements as-tu sur l'armée Qoreïchites ?
    Où sont Muhammad et les gens de Médine ?
    Le vieillard répondit : Je vous le dirai quand vous m'aurez dit qui vous êtes. Parles d'abord répliqua le prophète nous te dirons ensuite
    Le vieillard dit l'armée de Qoreïch est partie tel jour a quitté tel jour Djo'haf et si celui qui m'a renseigné a dit la vérité elle doit avoir passé tel jour à tel endroit et être en marche pour venir ici
    Quand Muhammad il était tel jour à tel endroit et si mes renseignements sont exacts il se trouve aujourd'hui à tel endroit
    Les Qoreïch étaient campés à deux parasanges de là et avaient envoyé à Badr quatre ou cinq hommes serviteurs de l'armée pour chercher de l'eau et pour prendre des informations sur les mouvements du prophète.
    En voyant Ali et ses compagnons montés sur des chameaux , ils eurent peur et s'enfuirent en disant : Ce sont les chamelles de l'armée de Muhammad . Ali et ses compagnons les poursuivirent et saisirent un esclave noir nommé Aridh et surnommé Abou Yasar . Il était Abyssin
    Ensuite le prophète demanda à l'esclave quels étaient les grands personnages Qoreïchites qui se trouvaient dans l'armée. L'escalve nomma Otba ibn Rabi'a et son frère Schaïba ; Omyya ibn Khalaf ; Oqba ibn Mou'aït ; Abbas ibn Abdoul- Mottalib; Aqil ibn Abou Talib Abou Djahl ibn Hischam; Hakim ibn Hizam il énuméra ainsi tous les nobles Qoreïchites de la Mecque qui se trouvaient à l'armée
    Le prophète dit à ses compagnons : La Mecque a envoyé contre nous ses enfants les plus chers
    Pendant la nuit l'un des Ançar, un homme de la tribu de Nadjar vint trouver le prophète et lui dit : Ô Envoyé d'Allah nous ne devons pas rester ici . L'armée de Qoreïch viendra demain à Badr et occupera les puyits et nous n'aurons pas d'eau . Il faut nous y rendre cette nuit nous établirons près du puits le plus rapproché de l'ennemi creuser un grand reservoir, remplir nos outres, parce que pendant le combat nous ne pourrons pas puiser de l'eau; puis il faut mettre à sec tous les autres puits afin que quand ils viendront ils ne trouvent pas d'eau tandis que nous en aurons
    Le prophète approuvant cet avis marcha en avant et fit halte près des puits dont l'un fut rempli et les autres mis à sec
    Dans la nuit il fit un rêve Il lui sembla voir que son armée était dispersée et qu'il restait seul . A son réveil il fit part de son rêve à ses compagnons et l'interpréta dans ce sens que les ennemis seraient mis en fuite
    Allah dit dans le coran : وَإِذْ يُرِيكُمُوهُمْ إِذِ الْتَقَيْتُمْ فِي أَعْيُنِكُمْ قَلِيلاً وَيُقَلِّلُكُمْ فِي أَعْيُنِهِمْ لِيَقْضِيَ اللّهُ أَمْراً كَانَ مَفْعُولاً وَإِلَى اللّهِ تُرْجَعُ الأمُورُ
    Et lorsque vous vous êtes rencontrés avec vos ennemis, Dieu les fit apparaître à vos yeux moins nombreux qu'ils n'étaient en réalité , de même qu'Il vous fit apparaître à leurs yeux peu nombreux, afin que fût parachevé le Décret divin qui devait être exécuté. C'est à Dieu que tout doit être ramené. (sourate al-Anfal v.44)

    LA SUITE LA PROCHAINE FOIS INCHALLAH


    وَفَوْقَ كُلِّ ذِي عِلْمٍ عَلِيمٌ


    ET AU-DESSUS DE TOUT HOMME DETENANT LA SCIENCE IL Y A UN SAVANT [PLUS DOCTE QUE LUI]

  6. #6
    Membre sénior Avatar de ibn abdoulbari
    Inscrit
    July 2005
    Localisation
    lyon
    Messages
    3 447

    Par défaut Re : LES BATAILLES EN ISLAM




    Le lendemain , les Qoreïch se mirent en marche pour puiser de l'eau et pour occuper les puits. Lorsqu'ils y arrivèrent, ils apprirent que le prophète les les avait déjà occupés
    Ils firent halte derrière une grande colline de sable , qui empêchait les deux armées de se voir, mais non de s'entendre
    Le prophète se trouvait sur le terrain rapproché des puits tandis que les Qoraïch étaient sur un terrain éloigné des puits dans la vallée
    Allah dit : .إِذْ أَنتُم بِالْعُدْوَةِ الدُّنْيَا وَهُم بِالْعُدْوَةِ الْقُصْوَى وَالرَّكْبُ أَسْفَلَ مِنكُمْ وَلَوْ تَوَاعَدتَّمْ لاَخْتَلَفْتُمْ فِي الْمِيعَادِ
    Vous étiez sur le versant le plus proche, et eux (les ennemis) sur le versant le plus éloigné, tandis que la caravane était plus bas que vous. Si vous vous étiez donné rendez-vous, vous l'auriez manqué (effrayés par le nombre de l'ennemi).(sourate al-Anfal v.42)

    Le lendemain , les Qoraïch se mirent en mouvement, montèrent la colline et firent halte près des musulmans de sorte qu'ils purent les voirent
    Lorsque Otba parut sur le sommet monté sur un chameau à poils roux , le prophète le distingua et dit : Ils se sont jetés eux-mêmes dans le précipices; personne ne les a avertis sauf l'homme du chameau rouge . Ils feraient mieux de suivre son avis
    Vue du sommet de la colline de sable qui était grande comme une montagne , les musulmans parut très faibles aux Qoraïch et de même l'armée ennemie semblait peu nombreux à vos yeux
    Allah dit : وَإِذْ يُرِيكُمُوهُمْ إِذِ الْتَقَيْتُمْ فِي أَعْيُنِكُمْ قَلِيلاً وَيُقَلِّلُكُمْ فِي أَعْيُنِهِمْ لِيَقْضِيَ اللّهُ أَمْراً كَانَ مَفْعُولاً وَإِلَى اللّهِ تُرْجَعُ الأمُورُ Et aussi, au moment de la rencontre, Il vous les montrait peu nombreux à Vos yeux, de même qu'Il vous faisant paraître à leurs yeux peu nombreux afin qu'Allah parachève un ordre qui devait être exécuté. C'est a Allah que sont ramenées les choses. (sourate al-Anfal v.44)

    Après avoir fait halte les infidèles envoyèrent un homme nommé Omaïr ibn Wahb de la tribu de Djoumah pour reconnaître les forces de l'armée musulmane . Cet homme tourna autour de l'armée et l'examina. Il revint et leur dit : Ils ne sont pas plus de trois cents; cependant j'irai voir s'ils n'ont pas placé une embuscade . Ils se dirigea de tous côtés et revenant, le soir sans avoir rien trouvé , il annonça qu'il n y avait pas d'hommes embusqués
    Aswad ibn Abdoul As de la tribu de Makhzoum dit : je jure que je boirai à leur bassin ! et il s'en approcha
    Hamza ibn Abdoul Mottalib se précipita sur lui d'un coup lui coupa une jambe .Aswad tomba et traîna son corps et la jambe détachée
    D'autres infidèles s'approchant pour boire , les musulmans voulurent les en empêcher. Mais le prophète leur dit : Laissez-les; car tout infidèle qui boira de cette eau sera tué .
    Les infidèles commencèrent à craindre le prophète . En effet quand Allah voulait assister le prophète dans un combat où il se trouvait , il remplissait de craindre de coeur des ennemis .
    Hakim ibn Hizâm leur parla : Ô Qoraïch retournons! quoique ceux-là soient moins nombreux que vous ce sont des hommes qui ne craignent pas la mort . Nous ferons mieux de nous en retourner
    Abou Djahl dit à Amir ben al-Hadhrami : Va et demande vengeance pour la mort de ton frère
    Amir alla au milieu de l'armée Qoraïchite et cria vengeance . Tous les hommes lui répondirent : Nous ne retournerons pas à la Mecque avant d'avoir vengé la mort de ton frère et d'avoir tué celui qui l'a fait mourir
    Hakim vint trouver Otba ibn Rabi'a et lui dit : O Abou Walid ne peux-tu pas faire que cette armée s'en retourne aujourd'hui et que le combat n'ait pas lieu ? Tu en serais honoré parmi tous les Arabes . Otba répliqua : Que puis-je faire ?, Le fils de Hanzhaliyya (la mère d'Abou Djahl) ne laissera pas les hommes partir.
    Hakim dit : Ô Abou Walid il retient les hommes en alléguant qu'il faut venger la mort d'Amrou ben al-Hadhrami . Amrou était ton allié . paye toi-même le prix du sang afin que cette affaire soit apaisée et que les hommes s'en retournent en paix
    Otba consentit sortit vint au milieu des troupes qui se réunirent autour de lui et s'appuyant sur l'arc qu'il tenait à la main , leur adressa le discours suivant : Mes compagnons Qoraïchites qu'allez-vous faire ? Vous voulez combattre Mohammad et ses compagnons qui sont tous vos parents ! Comment pourrez-vous les regarder et les frapper avec l'épée ? Ce sont des hommes ayant perdu leur patrie et leurs biens et vivant dans l'exil dont la vie est attachée à leurs poignées et à qui la mort est douce . Tandis que vous tuerez un homme d'entre eux ils tueront dix des vôtres . Si vous voulez ce combat à cause de la mort d'Amrou eh bien il était mon allié je donnerai le prix de sang à son frère
    Ne dites pas : Otba veut nous faire retournez à la Mecque parce que il a peur . Abou Djahl avertit qu'Otba tenait aux hommes ce langage pour les déterminer à renoncer ce combat , accourut en toute hâte et trouva Otba qui parlait aux troupes . si tu veux t'en aller , va t'en personne ne s'en ira sur ton ordre

    Abou Djahl ordonna pendant la nuit d'allumer partout des feux afin que la crainte empêchât les musulmans de dormir tranquille; mais la plupart de ceux-ci eurent dans leur sommeil des rêves :
    Allah dit : .إِذْ يُغَشِّيكُمُ النُّعَاسَ أَمَنَةً مِّنْهُ وَيُنَزِّلُ عَلَيْكُم مِّن السَّمَاء مَاء لِّيُطَهِّرَكُم بِهِ وَيُذْهِبَ عَنكُمْ رِجْزَ الشَّيْطَانِ وَلِيَرْبِطَ عَلَى قُلُوبِكُمْ وَيُثَبِّتَ بِهِ الأَقْدَامَ
    Et quand Il vous enveloppa de sommeil comme d'une sécurité de Sa part, et du ciel Il fit descendre de l'eau sur vous afin de vous en purifier, d'écarter de vous la souillure du Diable, de renforcer les coeurs et d'en raffermir les pas ! [vos pas].(sourate al-Anfal v.11)
    Et le matin ils étaient obligés de se purifier. Cependant l'eau dans leur bassin était gâtée et ils n'en trouvaient pas
    Alors Allah envoya une pluie qui ne tomba que du côté des musulmans et non du côté des infidèles.
    Le bassin se remplit d'eau et devint pur et le sable dans lequel ils étaient enfoncés jusqu'aux chevilles devint dur après la pluie
    Tous ceux qui étaient impur firent des ablutions et se purifièrent et leurs coeur furent raffermis
    Quand le soleil parut, les Qoraïch se formèrent en ligne de bataille . Ce fut le vendredi dix septième jour du moi de ramadhan ou d'après d'autres le dix neuvième jour de ce mois
    Abou Djahl se plaçant devant les rangs dit : Seigneur viens en aide à celle de ces deux armées qui t'est la plus chère
    Allah révéla : وَمَا جَعَلَهُ اللّهُ إِلاَّ بُشْرَى وَلِتَطْمَئِنَّ بِهِ قُلُوبُكُمْ وَمَا النَّصْرُ إِلاَّ مِنْ عِندِ اللّهِ إِنَّ اللّهَ عَزِيزٌ حَكِيمٌ
    Allah ne fit cela que pour (vous) apporter une bonne nouvelle et pour qu'avec cela vos coeurs se tranquillisent. Il n'y a de victoire que de la part d'Allah. Allah est Puissant est Sage. (sourate al-Anfal v.10)

    Les musulmans n'avaient pas de tentes. Sa'ad ibn Mo'ads vint auprès du prophète et lui fit une cabane , semblable à une tente , de branches d'arbres et de feuillages qu'on trouvait dans la vallée . Il lui dit : Reste ici pendant que nous combattrons , afin que le soleil ne t'incommode pas
    Il resta lui même avec avec quelques Ançars à l'entrée de la cabane pour le garder
    Le prophète y rentra avec Abou Bakr il se prosterna pleura et invoqua Allah en ces termes : Ô Seigneur accomplis la promesse que tu m'as donnée et envoie le secours que tu m'as annoncé . Il pria longtemps ; ensuite il sortit de la cabane et les musulmans se formèrent en ordre de bataille
    Le prophète un bâton à la main passa devant les rangs pour les aligner . L'un des Ançares nommé Sewâd ibn Ghaziyya sortait un peu hors du rang . Le prophète lui donna un coup de bâton sur le ventre et lui dit : Aligne-toi! Sewad dit : Ô Envoyé d'Allah tu m'as fait mal ; Allah t'a envoyé pour accomplir la justice ; laisse-moi prendre ma revanche . Le prophète répliqua : Prends-la. Sewad le pressasur son coeur et l'embrassa. Pourquoi fais-tu ainsi ? dit le prophète . Parce que je suis au moment de paraître devant Allah répondit Sewad ; je suis prêt à mourir. Mais avant de mourir , j'ai voulu que ma peau touchât la tienne, afin que je sois préservé de l'enfer .Le prophète prononça trois fois les paroles : Tu es préservé de l'enfer Ensuite le prophète acheva de mettre en ordre de bataille ses troupes et les infidèles firent de même

    Le premier qui sortit des rangs de l'armée des infidèles fut Otba à cause du reproche qu'Abou Djahl lui avait fait de manquer de courage
    Son frère Schaïba et son fils Walid le suivirent.
    Otba défia les musulmans à un combat singulier . Trois hommes d'entre les Ançar sortirent des rangs des musulmans : Auf et Mo(awwid ibn Harith et Abdallah ibn Rewa'ha qui était l'un des principaux Ançar
    Comment vous appelez-vous ?Leur dit Otba . Chacun d'eux dit : son nom et sa famille . Otba dit : Rentrez, vous n'êtes pas nos égaux . Il y a parmi vous beaucoup de Qoraïch qui sont nos égaux qui ont quittés la Mecque afin de combattre pour Muhammad contre nous
    Ces trois hommes se retirèrent . Ensuite Otba cria au prophète : Ô Muhammad envoie des hommes qui soient bien nos pairs des Qoraïch qui sont avec toi . Le prophète dit à Ali ibn Abou Talib , à Hamza ibn Abdoul Mottalibet à Obaïda ibn Harith ibn Abdoul Mottalib ; Allez vous êtes leurs égaux et de la m^me famille qu'eux . Obaida le plus âgé d'entre eux .se plaça en face d'Otba ; Hamza devant Schaïba et Ali devant Walid
    Ces derniers étaient jeunes tous les deux Ali n'avait pas encore vingt ans . Hamza était âgé de cinq trois ans . Ali attaqua Walid et le fendit en deux ; Hamza tua également son adversaire Schaïba , Otba luttant avec Obaïda le frappa d'un coup de sabre qui lui coupa la cuisse, de sorte que la moelle sortit de l'os
    Ali et Hamza accoururent tuèrent Otba et emportèrent Obaïda dans leur cammp.
    Le prophète le voyant dans cette état lui dit : Sois content ô Obaïda tu n'es séparé du paradis que par le dernier souffle de ton âme ; tu entreras dans le paradis éternel . Obaïda dit : Si Abou Talib vivait encore il verrait que j'ai réalisé ce qu'il a dit dans son vers : Nous ne vous l'abandonnerons pas avant que nous et nos enfants soyons tués autour de Muhammad. J'ai plus de mérite que lui. Le prophète lui dit : Tu as plus de mérite que lui car lui n'a fait que le dire mais toi tu l'as réalisé par le fait

    nsuite le prophète encouragea les hommes qui commencèrent le combat; tandis qu'il allait et venait dans le camp par-devant et par-derrière
    Une flèche de l'armée ennemie frappa et tua un affranchi d'Omar ibn Khattab nommé Mihdja
    Ensuite Obaïda ibn Harith mourut . Un des Ançar nommé Haritha ibn Soraqa de la tribu de Nadjar fut également tué par une flèche de l'armée des infidèles
    Le prophète excitait toujours ses soldats . Un homme d'entre les Ançar nommé Omaïr ibn Hammam tenait dans la main quelques dattes qu'il mangeait sous les yeux du prophète . Celui-ci en exhortant les soldats dit : Il ne vous faut pour obtenir le paradis que trouver le martyr . Omaïr entendant ces paroles , jeta ses dattes en disant : s'il en est ainsi j'ai assez d'une datte jusqu'à ce que j'entre dans le paradis . Il tira son sabre se lança dans les rangs des ennemis en frappa et en tua plusieurs et fut tué lui-même

    Le prophète et Abou Bakr entra dans la cabane se prosterna de nouveau pleura et supllia ; il dit : Ô Seigneur si cette troupe qui est avec moi périt il n' y aura plus après moi personne qui t'adorera ; tous les croyants abandonneront la vraie religion . Il tenait ses mains levées vers le ciel en priant . Enfin Abou Bakr lui prit la main et dit : Envoyé d'Allah ne cherche pas à forcer Allah par ta prière . Le prophète répondit : Je demande ô Abou Bakr , l'accomplissement de sa promesse . Pendant qu'ils parlaient ainsi Djibril vint avec mille anges se présenta au prophète et lui dit : Sois content ; Allah m'a envoyé à ton secours avec mille anges .
    Puis il il lui récita ce verset : إِذْ تَسْتَغِيثُونَ رَبَّكُمْ فَاسْتَجَابَ لَكُمْ أَنِّي مُمِدُّكُم بِأَلْفٍ مِّنَ الْمَلآئِكَةِ مُرْدِفِينَ
    (Et rappelez-vous) le moment où vous imploriez le secours de votre Seigneur et qu'Il vous exauça aussitôt : "Je vais vous aider d'un millier d'Anges déferlant les uns à la suite des autres.(sourate al-Anfal v.9)
    Le prophète dit : O mon frère Djibril mille ange ! Djibril dit : Trois mille ô Muhammad
    Trois mille ! répéta le prophète
    Oui cinq mille répliqua Djibril
    Aussitôt le prophète sortit en courant de la cabane pour porter aux musulmans cette bonne nouvelle . Il cria à haute voix : Allah a envoyé trois mille anges à votre secours . Ils répétèrent dans leur joie : Trois mille !
    Oui cinq mille répliqua le prophète . Ensuite Djibril récita au prophètele verset suivant : وَلَقَدْ نَصَرَكُمُ اللّهُ بِبَدْرٍ وَأَنتُمْ أَذِلَّةٌ فَاتَّقُواْ اللّهَ لَعَلَّكُمْ تَشْكُرُونَ
    .إِذْ تَقُولُ لِلْمُؤْمِنِينَ أَلَن يَكْفِيكُمْ أَن يُمِدَّكُمْ رَبُّكُم بِثَلاَثَةِ آلاَفٍ مِّنَ الْمَلآئِكَةِ مُنزَلِينَ
    بَلَى إِن تَصْبِرُواْ وَتَتَّقُواْ وَيَأْتُوكُم مِّن فَوْرِهِمْ هَـذَا يُمْدِدْكُمْ رَبُّكُم بِخَمْسَةِ آلافٍ مِّنَ الْمَلآئِكَةِ مُسَوِّمِينَ

    Allah vous a donné la victoire, à Badr, alors que vous étiez humiliés. Craignez Allah donc. Afin que vous soyez reconnaissants !
    (Allah vous a bien donné la victoire) lorsque tu disais aux croyants; "Ne vous suffit-il pas que votre Seigneur vous fasse descendre en aide trois milliers d'Anges" ?
    Mais oui ! Si vous êtes endurants et pieux, et qu'ils [les ennemis] vous assaillent immédiatement, votre Seigneur vous enverra en renfort cinq mille Anges marqués distinctement . (sourate al-Imran v.123 à 125 )
    Le prophète récita aux infidèles . Il vit comment les anges tenant dans leurs mains des bâtons se mettaient en ligne avec les musulmans .
    Allah leur avait ordonné de se tenir dans les rangs des musulmans ; car moi leur dit-il J'ai jeté la crainte dans les coeurs des infidèles et vous ; frappez-les sur la tête, sur le cou et sur le corps
    Allah dit : إِذْ يُوحِي رَبُّكَ إِلَى الْمَلآئِكَةِ أَنِّي مَعَكُمْ فَثَبِّتُواْ الَّذِينَ آمَنُواْ سَأُلْقِي فِي قُلُوبِ الَّذِينَ كَفَرُواْ الرَّعْبَ فَاضْرِبُواْ فَوْقَ الأَعْنَاقِ وَاضْرِبُواْ مِنْهُمْ كُلَّ بَنَانٍ
    Et ton Seigneur révéla aux Anges : "Je suis avec vous : affermissez donc les croyants. Je vais jeter l'effroi dans les coeurs des mécréants. Frappez donc au-dessus des cous et frappez-les sur tous les bouts des doigts. (sourate al-Anfal v.12)
    Lorsque les anges se disposèrent à charger l'armée impie , le prophète ramassa une poignée de poussière et la jeta contre les infidèles en disant : Que vos faces soient confondues ! Allah commanda au vent de porter cette poussière aux yeux des infidèles qui en furent aveuglés.
    Chargés par les anges qui étaient en avant des fidèles ils se mirent à fuir. Les anges les poursuivirent, les frappèrent de leurs bâtons et les firent tomber
    Chaque coup qu'un ange portait à un infidèle lui brisait tous les os de son corps , depuis la tête jusqu'aux pieds et lui rompait les veines et les nerfs ; l'homme tombait et remuait convulsivement sans qu'aucune blessure fût visible sur son corps et sans que son sang coulât
    Quand les infidèles arrivaient , ils attaquaient les hommes ainsi frappés, leur faisaient des blessures et faisaient couler leur sang
    Les compagnons du prophète ont raconté : Il y a eu des hommes dont la tête fut séparé du corps et la nuque brisée avant que notre épée les eût atteints .Il y en avait d'autres qui lorsque nous les attaquâmes étaient étendus par terre agonissant mais sans blessure. Leurs corps étaient brisés mais la vie ne les avait pas encore quittés . Nous reconnûmes que cela n'était pas de notre fait mais l'oeuvre d'Allah
    Allah dit dans le coran : .فَلَمْ تَقْتُلُوهُمْ وَلَـكِنَّ اللّهَ قَتَلَهُمْ وَمَا رَمَيْتَ إِذْ رَمَيْتَ وَلَـكِنَّ اللّهَ رَمَى وَلِيُبْلِيَ الْمُؤْمِنِينَ مِنْهُ بَلاء حَسَناً إِنَّ اللّهَ سَمِيعٌ عَلِيمٌ
    Ce n'est pas vous qui les avez tués : mais c'est Allah qui les a tués. Et lorsque tu lançais (une poignée de terre) , ce n'est pas toi qui lançais : mais c'est Allah qui lançait, et ce pour éprouver les croyants d'une belle épreuve de Sa part ! Allah est Audient et Omniscient. (sourate al-Anfal v.17)

    LA SUITE PROCHAINE FOIS INCHALLAH

    وَفَوْقَ كُلِّ ذِي عِلْمٍ عَلِيمٌ


    ET AU-DESSUS DE TOUT HOMME DETENANT LA SCIENCE IL Y A UN SAVANT [PLUS DOCTE QUE LUI]

  7. #7
    Membre débutant
    Inscrit
    November 2011
    Localisation
    Bordeaux
    Messages
    146

    Par défaut Re : LES BATAILLES EN ISLAM


    barakALLAH ou fik, j'attend la suite avec impatience


  8. #8
    Membre sénior Avatar de ibn abdoulbari
    Inscrit
    July 2005
    Localisation
    lyon
    Messages
    3 447

    Par défaut Re : LES BATAILLES EN ISLAM




    Vers le soir les infidèles furent mis en déroute ; les musulmans les tuèrent et firent des prisonniers .
    Le prophète en les envoyant à leur poursuite , dit à ses gens : Parmi ces infidèles , il y a plusieurs membres de la famille de Hashim tels que Abbas ibn Abdoul Mottalib; Aqil ibn AbouTalib et Aboul- Bakhtari ibn Hashim . Si vous rencontrez ceux-là parmi les fuyards, ne les tuez pas
    Les musulmans partirent à la poursuite des infidèles . Le prophète en les voyant s'éloigner dit : en brandissant le sabre qu'il tenait à la main : Certes cette armée sera mise en fuite ; ils tourneront le dos
    Abou Hodha

    وَفَوْقَ كُلِّ ذِي عِلْمٍ عَلِيمٌ


    ET AU-DESSUS DE TOUT HOMME DETENANT LA SCIENCE IL Y A UN SAVANT [PLUS DOCTE QUE LUI]

  9. #9
    Membre sénior Avatar de ibn abdoulbari
    Inscrit
    July 2005
    Localisation
    lyon
    Messages
    3 447

    Par défaut Re : LES BATAILLES EN ISLAM






    Wa fikum ma soeur fillah


    Vers le soir les infidèles furent mis en déroute ; les musulmans les tuèrent et firent des prisonniers .
    Le prophète en les envoyant à leur poursuite , dit à ses gens : Parmi ces infidèles , il y a plusieurs membres de la famille de Hashim tels que Abbas ibn Abdoul Mottalib; Aqil ibn AbouTalib et Aboul- Bakhtari ibn Hashim . Si vous rencontrez ceux-là parmi les fuyards, ne les tuez pas
    Les musulmans partirent à la poursuite des infidèles . Le prophète en les voyant s'éloigner dit : en brandissant le sabre qu'il tenait à la main : Certes cette armée sera mise en fuite ; ils tourneront le dos
    Abou Hodhaïfa ibn Otba , l'une des principaux des Muhadjiruns qui était affligé de la mort de son père ; de son oncle et de son frère , était présent lorsque le prophète donna aux fidèles ces instructions relativement à la poursuite . Ayant entendu le prophète dire à deux ou trois personnes : Ne tuez pas mon oncle Abbas , Abou Hodhaïfa dit en murmurant en lui-même : Nous tuons nos pères et nos frères et nos oncles et lui dit : Ne tuez pas mon oncle . Par Allah ! si je rencontre Abbas je lui donne le premier un coup de sabre sur la tête.
    Ensuite Abou Hodhaïfa partit avec les musulmans à la poursuite des infidèles .
    Le prophète qui avait entendu ces paroles dit à Omar présent à cette scène: As-tu entendu Omar ce qu' a dit : Abou Dodhaïfa ?
    Omar répliqua : O envoyé d'Allah , autorise-moi à le tuer; il est devenu infidèle et hypocrite. Le prophète dit : Il n'est pas devenu infidèle ni hypocrite; il parle ainsi dans la douleur qu'il éprouve de la mort de son père, de son frère et de son oncle
    Omar insista et voulait à toute force que le prophète lui permit de le tuer.
    Le prophète qui auparavant n'avait jamais appelé Omar par son surnom lui dit : O Abou Hafç ne le tue pas, car peut-être Allah lui donnera-t-il le martyre qui sera une expiation de ses paroles et qui le portera dans le paradis
    Quelqu'un avait entendu cette parole du prophète et l'avait rapportée à Abou Hodhaïfa . Celui-ci se repentit. Il continua sa course, craignant le châtiment d'Allah et disant : Peut-être serais-je tué et trouvai-je le martyre
    Après la mort du prophète , lorsque les musulmans combattaient les musulmans Mousaïlima l'imposteur ,Il trouva le martyre.

    Les croyants acharnés à la poursuite des infidèles, les tuèrent ou les firent prisonniers.Un homme nommé Ka'b ibn Amrou de la tribu de Solaïm fit prisonnier Abbas et lui attacha les mains en lui disant : Le prophète m'a défendu de te tuer. Abbas fut très heureux . Il avait sur lui vingt dinars.Ka'b les lui prit et l'emmena au camp
    Moudjadhar ibn Dsiyâd des Ançar rencontra Aboul Bakhtari ibn Hâshim avec un de ses amis nommé Djounâda ibn Molaïha
    Moudjaddsar dit à Aboul Bakhatari: Va ô infidèle auprès du prophète d'Allah qui m'a défendu de te tuer. Mais je ne peux pas laisser la vie de ton ami
    Aboul' Bakhtari répliqua : Ma vie est liée à la sienne; jene laisserai pas tuer mon ami.
    Malgré les efforts de Moudjaddsar , Aboul Bakhtari lutta avec lui pour défendre son ami jusqu'à ce qu'il fut tué qui vint en rendre compte au prophète en lui racontant le fait et en s'excusant
    Abder-Rahman ibn Auf qui avait reçu ce nom du prophète en se faisant musulman et qui auparant s'appelait Abd-Amrou avait été avant l'islam lié d'amitié avec Omayya ibn Khalaf et était resté son ami même après avoir embrassé la religion musulmane quoique Omayya fut incrédule
    Celui-ci continuait à l'appeler Abd-Amrou
    Abder-Rahman lui dit : Appelle-moi Abder-Rahman serviteur d'Allah
    Omayya répondit :Je ne connais pas Rahman , je ne sais qu'il est
    Appelle-moi alors Abdallah
    Je ne connais pas Abdallah; je t'appelerai Abdoul-llah
    J'y consens répondit Abder-Rahman
    Omayya l'appelait donc ainsi
    Or le jour de Badr Omayya et son fils Ali se trouvaient à l'armée de Qoraïch
    Lorsque son armée fut en déroute , Omayya qui était âgé ayant perdu son cheval et ne pouvant pas courir resta en arrière . LMui et son fils Ali qui était jeune homme et qui ne pouvait pas quitter son père étaient dans le camp , debout prisonniers, pour échapper à la mort
    Abder-Rahma ibn Auf qui aimait les armures était entré dans le camp, avait ramassé deux cuirasses et les emportaitsur son dos . Omayya l'apercevant de loin le reconnut et lui crai : Ô Aboul'Ilah viens fais nous prisonniers , moi et mon fils nous valons mieux que ce que tu tiens . Abder-Rahman jeta les cuirasses les fit prisonniers et les emmena
    Ils furent rencontré par Bilal qui d'après une version avait été le voisin à la Mecque et qui chaque jour avait été frappé et tourmenté par lui
    Mais d'après une version plus exacte Bilal avait été l'esclave d'Omayya comme il avait embrassé l'islam il fut acheté par Abou Bakr et donné par lui au prophète qui l'affranchi
    Omayya lui avait attaché les mains et les pieds , lui avait placé sur le corps un bloc de pierre, avait torturé tous ses membres en lui ordonnant de renoncer à l'islam
    Bilal avait répondu : Il n y a qu'un dieu
    En passant dans le camp il vit Omayya et son fils conduits comme prisonniers par Abder-Rahman.
    Bilal dit Ô Abder-Rahman où mènes-tu ces infidèles que je cherche ?
    Tais-toi dit Abder-Rahman ce sont mes prisonniers.
    Bilal répliqua : Qu'Allah ne me sauve pas s'ils échappent de mes mains ! Ce sont des Qoraïch infidèlee ennemi d'Allah et du prophète .
    Les musulmans accoururent avec leurs sabres et tuèrent le fils d'Omayya
    Abder-Rahman en couvrant Omayya de son corps lui dit : Voila ton fils qui n'existe plus ils vont maintenant te tuer également .
    Je n' y peux rien faire . Dis : Il n' y a pas de dieu si ce n'est Allah et Muhammad est l' Envoyé d'Allah
    Omayya répondit : Si je pouvais prononcer ces paroles , je ne serais pas venuà ce combat .
    Abder-Rahman dit : Alors sauve-toi car je ne peux pas te protéger
    Omayya ne pouvant courir à cause de son âge dit : Si je pouvais marcher je ne me serais rendu à toi, moi et mon fils
    Ils parlaient encore , lorsque les musulmans se tournèrent vers lui et le tuèrent
    Abder-Rahman dit à Bilal pour ce que tu as fait . J'ai perdu mes cuirasses et tu as fait tuer mes prisonniers de sorte que chacun a obtenu quelque chose excepté moi

    Lorsque le prophète donna l'ordre de chercher Abou Djahl, de ne pas le laisser échapper, de le chercher parmi les morts et de lui amener mort ou vif parce que disait-il c'est un homme dangereux

    Abdallah ibn Massund l'un des plus faibles des musulmans , s'était dit : Je m'occuperai des morts; j'irai voir lesquelles d'entre les Qoraïch ont été tué
    En examinant les cadavres il trouva Abou Djahl qui avait encore un souffle de vie
    Il le tourna , l'étendit sur le dos et s'assit sur sa poitrine
    Abdallah n'avait pas d'autre arme qu'un bâton
    Abou Djahl avait un grand couteau , Abdallah le prit pour lui tuer
    A ce moment Abou Djahl ouvrit les yeux pour voir qu'il était
    Reconnaissant Abdallah qui avant l'islam avait été son berger il lui dit : Ô pâtre des timides moutons , à quelle place t'es-tu assis !
    Abdallah répliqua : Qu'Allah soit loué de m'avoir accordé cet honneur !
    Quel honneur vois-tu en moi dit Abou Djahl . Tu vois qu'on a tué tant de nobles de Qoraïch ; prends-moi avec ! Mais à qui la victoire ?
    Abdallah répondit : A Allah , à son prophète et aux croyants
    Abdallah lui tranchant la tête la porta au prophète et la jeta sur la terre devant lui
    Le prophète se prosterna et rendra grâce à Allah

    A la tombée de la nuit les musulmans revinrent au camp cessant la poursuite . Le prophète ordonna de traîner les cadavres au bord d'un certains puits sans eau et de les y jeter sauf
    Omayya dont le cadavre était entré immédiatement en décomposition et que l'on ne pouvait pas déplacer; on l'enfouit dans la poussière
    Le prophète se plaçant au bord des puits dans lequel on avait jeté cadavre appela chacun des morts par son nom et dit : O Otba; ô Scahaïba , Abou Djahal ô vous tels et tels vous étiez tous parents ; vous m'avez accusé de mensonge , tandis que des étrangers ont cru à mes paroles ; vous m'avez chassé de ma patrie , des étrangers m'ont accueilli; vous m'avez combattu et des étrangers ont combattu pour moi
    Tout ce qu'Allah m'a promis , la victoire sur vous et votre châtiment s'est réalisé sur vous
    Les compagnons du prophète lui dirent : Ô Envoyé d'Allah , parles-tu à des morts ?
    Le prophète répliqua: Ils entendent et comprennent comme-vous mêmes seulement ils ne peuvent pas répondre.
    En revenant au camp, le prophète vit Hodhaïfa ibn Otba , la figure altérée. Il lui dit : : Tu es peut-être affligé ô Hodhaïfa de la mort de ton père, de ton frère et de ton oncle ?
    Hodhaïfa répondit : Non Envoyé d'Allah je n'en suis pas affligé puisque Allah a donné la victoire au prophète et qu'il a fait triompher les musulmans
    Mais mon père était un homme très-intelligent et sage ; j'avais espéré qu'Allah le favoriserait l'islam , je regrette qu'il ait quitté le monde dans l'incrédule
    Le prophète le consola et lui donna des éloges


    LA SUITE LA PROCHAINE FOIS INCHALLAH

    وَفَوْقَ كُلِّ ذِي عِلْمٍ عَلِيمٌ


    ET AU-DESSUS DE TOUT HOMME DETENANT LA SCIENCE IL Y A UN SAVANT [PLUS DOCTE QUE LUI]

  10. #10
    Membre débutant
    Inscrit
    November 2011
    Localisation
    Bordeaux
    Messages
    146

    Par défaut Re : LES BATAILLES EN ISLAM


    soubhanALLAH


  11. #11
    Membre sénior Avatar de ibn abdoulbari
    Inscrit
    July 2005
    Localisation
    lyon
    Messages
    3 447

    Par défaut Re : LES BATAILLES EN ISLAM




    N'oublions pas notre verset qui nous a solliciter à traiter ce sujet :


    وَلَقَدْ كَتَبْنَا فِي الزَّبُورِ مِن بَعْدِ الذِّكْرِ أَنَّ الْأَرْضَ يَرِثُهَا عِبَادِيَ الصَّالِحُونَ
    Et Nous avons certes écrit dans le Zabour, après l'avoir mentionné (dans le Livre céleste), que la terre sera héritée par Mes bons serviteurs" (sourate al-Anbiya v.105)

    La terre sera hérité par les croyants on a vu que les premiers musulmans dans leur premier bataille ils n'ont pas hésité à affronter leur propre famille que ce soit leurs pères ou leurs frères ou encore leurs oncles
    Vous imaginer une bataille de guerre qui se soit affronté par le même tribu
    Et ça doit être une première dans le monde qu'on voit une scénario pareille
    Dans le passé c'est Allah lui même qu'Il vienne en aide les prophètes avec les croyants après avoir subit les humiliations fait par leurs peuples
    Allah envoie le châtiment qu'il leur mérite comme le peuple de Aad ou Thamud ou les peuples de Pharaon , le peuple de Lut
    Ou encore les tyrans qui menaçait les prophètes comme Nemroud , Pharaon , Haman ou encore Qaroun
    Tous ses peuples là ont subit le châtiment d'Allah
    Alors que ici Allah à laisser le prophète Muhammad et ses compagnons d'aller dans le front une sorte d'épreuve pour voir qui sont les vrai croyants et qui sont les hypocrites
    Ils sont allés vraiment à affronter leur propres père ou frères pour la vérité et pour installer la justice
    Maintenant dans notre époque je vois mal comment on peut arriver dans ce degré là
    Car déjà dans les tribunal si on est un juge et que il y a quelqu'un de ma famille qui vienne dans les assises d'accusation
    On va faire le tout moyen possible pour l'innocenter malgré qu'il est coupable
    Ou encore on peut voir nos frères être massacré sans bouger de notre petite ongle pour les aider
    On serait prêt à gaspiller des milliards dans des choses vaines à leur qu'à côté il y'a des frères qui meurt de faim
    On est prêt à construire des building et des monuments et stades de foot et on oublie de construire des universités ou des centres de recherches pour l'avenir de oumma
    On est prêt à acheter une équipe de foot alors qu'à côté on a besoin des hôpitaux et de barrages pour l'eau
    Voilà comment notre communauté est devenu

    Inchallah on va finir la bataille de Badr


    Il y eut désaccord parmi les musulmans au sujet du butin et des prisonniers. Quelques-uns ne voulaient pas consentir à un partage général.
    Mais Sa'd ibn Mo'ads dit : Moi et mes compagnons des Ançars qui avons gardé le prophète en restant à l'entrée de la cabane, nous avons aussi droit au butin. Puis on proposa de réunir tout le butin devant le prophète pour connaître son avis
    Tout en discutant ils lui demandèrent comment ils devaient agir
    Le prophète ne prit aucune décision parce que dans toues les religions , dans celle du pentateuque comme dans celle de l'Evangile, le butin est une chose sacrée. Il attendit une révélation divine
    Enfin Allah lui révéla le verset suivant :
    يَسْأَلُونَكَ عَنِ الأَنفَالِ قُلِ الأَنفَالُ لِلّهِ وَالرَّسُولِ فَاتَّقُواْ اللّهَ وَأَصْلِحُواْ ذَاتَ بِيْنِكُمْ وَأَطِيعُواْ اللّهَ وَرَسُولَهُ إِن كُنتُم مُّؤْمِنِينَ
    Ils t'interrogent au sujet du butin. Dis : "Le butin est à Allah et à Son messager." Craignez Allah, maintenez la concorde entre vous et obéissez à Allah et à Son messager, si vous êtes croyants. (sourate al-Anfal v.1)

    Le prophète ne prit aucune décision car Allah n'avait pas manifesté sa volonté
    On réunit tout le butin et les prisonniers en un seul endroit et l'on y plaça un gardien, l'un des Ançars nommé Abdallah ibn Ka'b de la tribu de Nadjar
    Le prophète lui ordonna de rester à son poste jusqu'à ce qu'Allah eût fait connaître sa volonté

    Le lendemain de la bataille , le prophète envoya Zaïd ibn Harith à Médine pour annocer sa victoire aux musulmans qui y étaient resté
    Il avait laissé sa fille Roqayya malade . Quand Zaïd arriva à Médine , il rencontra au cimetière Othman; il venait d'enterrer Roqqaya qui était morte
    Zaïd s'assit au bord de la tombe de Roqqayya avec Othaman ; les fidèles se réunirent autour de lui et lui demandèrent des nouvelles. Il leur raconta la victoire et la manière dont tout s'était passé ; il nomma tous les nobles Quoraïch qui étaient morts
    Otba son frère et son fils ; Abou Djahl , Omayya et tous les autres enfin tout ceux qui avaient été faits prisonniers et particulièrement Abbas ibn Abdoul'Mottalib
    Othaman tout à fait étonné cligna des yeux et dit : Ô Allah est-ce un rêve ou suis-je éveillé

    Le premier qui rapporta la nouvelle de la bataille à la Mecque fut al-Haïsouman ibn Abdallah ,le Khozaâ'itequi ayant un chameau rapide avait précédé tous les autres . Il n'était resté à la Mecque , dse grands personnage que Safwan ibn Omayya; Abou Lahab ibn Abdoul Mottalib Talib ibn Abou Talib et Abou Soufyan
    Ils se trouvaient réunis tous les quatre dans le temple avec quelques autres Quraïch , attendant que quelqu'un vînt apportr des nouvelles.
    Tout à coup quelqu'un entra dans le temple et leur dit : Al-Haïsouman est arrivé ; il est dans le Bat'ha au milieu d'une foule de gens
    Il raconte que l'armée quora¨chite a été mise en fuite que tous les chefs ont été tués ou fait prisonniers
    Safwan envoya pour qu'on amena cet homme au temple
    Il vint , s'assit en face de Safwan et raconta la défaite . Ils furent stupéfaits . Il leur nomma ensuite ceux d'entre les chefs qui avaient été tués ou fait prisonniers.
    Il passa sous silence le nom d'Omayya ibn de Khalaf ne voulant pas le dire en présence de Safwan
    Comme il énumérait ainsi un grand nombre de personnes et de chefs, Safwan ne le croyait pas il dit : Cet homme est fou il ne sait pas ce qu'il dit ; il ne connait personne .
    Si vous voulz vous convaincre qu'il est fou et qu'il dit tout cela dans sa folie, demandez-lui ce qui est advenu de moi pour voir ce qu'il dira : vous reconnaîtrez qu'il fou . Ils lui demandèrent donc ironiquement des nouvelles de Safwan. Il répondit: Safwan est ici assis près de vous; vous moquez de moi . Mais par Allah ! son père Ommayya et son frère Ali ont été tués . En attendant ces paroles, Safwan poussa des cris et se mit à pleurer de même que tous les autres . Il y eut des cris et des lamentations et les gémissements continuaient à la Mecque nuit et jour

    Le prophète , le jour où il envoya la nouvelle de sa victoire à Médine , réunit tous ses hommes dans le camp pour délibérer sur le sort des prisonniers et sur les butins
    Mohammad ayant demandé un avis , Omar ibn al-Khattab se leva et dit : Je pense que tu dois faire mourir tous les prisonniers
    Ordonne que chacun tue le prisonnier qui est son parent . Ainsi dis à Ali de tuer son frère Aqil et à Hamza de tuer Abbas ; car Allah sait que ces incrédules n'ont aucune place nos coeurs et que nous n'avons plus d'amour et d'affection pour eux
    Chacun doit tuer son parent de sa main pour qu'il ne surgisse pas d'hostilité entre deux tribus ce qui arriva si les prisonniers sont mis à morts par des étrangers . Quant à cebutin il faut l'enfouir sous terre. Abbas assis au milieu des prisonniers dit à Omar tu supprimes la pitié; que Allah te prive de pitié !
    Le prophète ne fut pas content de cet avis , il demanda une autre opinion . Abdallah ibn Rewa'ha l'un des héros des Ançars dit : O Envoyé d'Allah
    mon opinion est que tu choisisses une vallée, tu la feras remplir de bois et brûler tout ce butin, ensuite tu feras jeter dans le feu les prisonniers
    Abbas répéta les paroles qu'il avait adressées à Omar .
    Le prophète mécontent aussi de cet avis en demanda de nouveau un autre
    Abou Bakr parla ainsi : Ô Envoyé d'Allah ces hommes sont tous tes oncles et tes cousins aussi bien que les nôtres. Allah nous a donné la victoire sur eux ; maintenant nous devons avoir pitié d'eux et les relâcher contre une somme d'argent. Ils sont de condition élevé et riches chacun d'eux doit se racheter. Ceux là alors seront libres et les croyants eu auront obtenu des avantages et de la puissance
    Le prophète fut satisfait de cet avis ; Il sourit et dit : Ô Abou Bakr il en est d'Omar comme comme Djibril que Allah envoie partout où il y a un châtiment ou un fléau à porter comme au peuple de Lut et au peuple de Pharaon
    Toi tu es comme l'ange Mickaël que Allah envoie toujours pour porter la clémence ; c'est lui qui porte la pluie , qui porte la clémence d'Allah au peuple de Yunus qui en détourne le châtiment et qui fait sortir du Yunus du ventre de poisson
    Tu es encore comme Ibrahim qui par pitié pour son peuple a dit : .رَبِّ إِنَّهُنَّ أَضْلَلْنَ كَثِيراً مِّنَ النَّاسِ فَمَن تَبِعَنِي فَإِنَّهُ مِنِّي وَمَنْ عَصَانِي فَإِنَّكَ غَفُورٌ رَّحِيمٌ
    ô mon Seigneur, elles (les idoles) ont égaré beaucoup de gens. Quiconque me suit est des miens. Quand a celui qui me désobéit... c'est Toi, le Pardonneur, le Très Miséricordieux !(sourate Ibrahim v.36)
    Tu es comme Issa qui a dit : إِن تُعَذِّبْهُمْ فَإِنَّهُمْ عِبَادُكَ وَإِن تَغْفِرْ لَهُمْ فَإِنَّكَ أَنتَ الْعَزِيزُ الْحَكِيمُ
    Si Tu les châties, ils sont Tes serviteurs. Et si Tu leur pardonnes, c'est Toi le Puissant, le Sage".(sourate al-Maidah v.118)
    Omar est comme Nuh parmi les prophètes car Nuh a dit : وَقَالَ نُوحٌ رَّبِّ لَا تَذَرْ عَلَى الْأَرْضِ مِنَ الْكَافِرِينَ دَيَّاراً
    Et Noé dit : "Seigneur, ne laisse sur la terre aucun infidèle.(sourate Nuh v.26)
    Il est comme Mousa qui a dit : وَقَالَ مُوسَى رَبَّنَا إِنَّكَ آتَيْتَ فِرْعَوْنَ وَمَلأهُ زِينَةً وَأَمْوَالاً فِي الْحَيَاةِ الدُّنْيَا رَبَّنَا لِيُضِلُّواْ عَن سَبِيلِكَ رَبَّنَا اطْمِسْ عَلَى أَمْوَالِهِمْ وَاشْدُدْ عَلَى قُلُوبِهِمْ فَلاَ يُؤْمِنُواْ حَتَّى يَرَوُاْ الْعَذَابَ الأَلِيمَ
    Et Moïse dit : "ô notre Seigneur, Tu as accordé à Pharaon et ses notables des parures et des biens dans la vie présente, et voilà, ô notre Seigneur, qu'avec cela ils égarent (les gens loin) de Ton sentier. ô notre Seigneur, anéantis leurs biens et endurcis leurs coeurs, afin qu'ils ne croient pas, jusqu'à ce qu'ils aient vu le châtiment douloureux" (sourate Yunus v.88)
    Vous avez raisonl'un et l'autre ; maintenant attendons ce qu'ordonna Allah . Pendant la séance même . Allah révéla le verset suivant : مَا كَانَ لِنَبِيٍّ أَن يَكُونَ لَهُ أَسْرَى حَتَّى يُثْخِنَ فِي الأَرْضِ تُرِيدُونَ عَرَضَ الدُّنْيَا وَاللّهُ يُرِيدُ الآخِرَةَ وَاللّهُ عَزِيزٌ حَكِيمٌ
    لَّوْلاَ كِتَابٌ مِّنَ اللّهِ سَبَقَ لَمَسَّكُمْ فِيمَا أَخَذْتُمْ عَذَابٌ عَظِيمٌ
    فَكُلُواْ مِمَّا غَنِمْتُمْ حَلاَلاً طَيِّباً وَاتَّقُواْ اللّهَ إِنَّ اللّهَ غَفُورٌ رَّحِيمٌ
    يَا أَيُّهَا النَّبِيُّ قُل لِّمَن فِي أَيْدِيكُم مِّنَ الأَسْرَى إِن يَعْلَمِ اللّهُ فِي قُلُوبِكُمْ خَيْراً يُؤْتِكُمْ خَيْراً مِّمَّا أُخِذَ مِنكُمْ وَيَغْفِرْ لَكُمْ وَاللّهُ غَفُورٌ رَّحِيمٌ
    .وَإِن يُرِيدُواْ خِيَانَتَكَ فَقَدْ خَانُواْ اللّهَ مِن قَبْلُ فَأَمْكَنَ مِنْهُمْ وَاللّهُ عَلِيمٌ حَكِيمٌ

    Un prophète ne devrait pas faire de prisonniers avant d'avoir prévalu [mis les mécréants hors de combat] sur la terre. Vous voulez les biens d'ici-bas, tandis qu'Allah veut l'au-delà. Allah est Puissant et Sage .
    N'eût-été une prescription préalable d'Allah, un énorme châtiment vous aurait touché pour ce que vous avez pris. [de la rançon]

    Mangez donc de ce qui vous est échu en butin, tant qu'il est licite et pur. Et craignez Allah, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux.
    ô Prophète, dis aux captifs qui sont entre vos mains : "Si Allah sait qu'il y a quelque bien dans vos coeurs, Il vous donnera mieux que ce qui vous a été pris et vous pardonnera. Allah est Pardonneur et Miséricordieux.
    Et s'ils veulent te trahir..., c'est qu'ils ont déjà trahi Allah [par la mécréance]; mais Il a donné prise sur eux [le jour de Badr]. Et Allah est Omniscient et Sage. (sourate al-Anfal v.67 à 71)

    Le lendemain le dimanche il leva le camp pour retourner à Médine . Le soir à la station; Abdallah ibn Ka'b qui avait la garde des prisonniers construisit une cabane à côté de celle du prophète et y mit les prisonniers , tandis qu'il garda l'entrée
    Abbas ayant les mains fortement attachées , gémissait de douleur . Le prophète l'entendit , il fut touché de compassion et ne put dormir
    Vers minuit il fit appeler Abdallah et lui demanda pour quelle cause son oncle Abbas gémissait ainsi . Abdallah répondit : Prophète d'Allah ses mains sont fortement liées
    Il m'émeut si fort , reprit le p^rophète , que la nuit je n'ai pu trouver le sommeil
    Je vais lui délier les mains dit Abdallah.
    Non répliqua le prophète mais relâche ses liens ; car un oncle est un demi-père
    Abdallah fut ainsi ; les gémissements d'Abbas cessèrent et le prophète s'endormit

    Le lendemain continua sa route emmenant les prisonniers et emportant le butin .
    Il fit halte à une station nommé Irq az-Zhabya. Il donna ordre de lui présenter les prisonniers. On les fit passer un à un devant le prophète qui était entouré de ses compagnons tout armées
    Le prophète quitta cette station et se dirigea vrs Médine après avoir ordonné à Abdallah ibn Ka'b et à ses compagnons de garder les prisonniers jusqu'à leur arrivée à Médine et jusqu'au moment où ils seraient rachetés
    Il arriva avec l'armée à Rau'ha , station bien connue , à une étape de Médine . Les habitants de Médine sortirent de la ville et vinrent saluer le prophète
    Il était assis lorsqu'ils arrivèrent , et l'un des principaux Ançaar nommé Osâma ibn Salama se tenait devant lui avec son sabre
    C'était un homme très-brave qui avait fait preuve d'un grand courage dans le combat et qui avait tué plusieurs Qoraïch
    On lui demanda comment il était arrivé que tous ces nobles de Quoraïch avaient été tués . Il répondit : Ils étaient comme de faibles vieillards , quand nous les avons attaqués, ils étaient comme des prisonniers ayants les mains et les pieds liés et destinés à $être mis à mort , nous les avons tués un à un . Le prophète fut blessé de ces paroles qui jetaient le mépris sur les Quraïch , ses compatriotes .
    Il astropha cet homme en ces termes : Tais-toi! C'étaient des nobles de Quoraïch; c'est Allah qui les a mis en fuite, ils ont été frappés par les anges. Le prophète quitta ce lieu et vint à Médine. Il desvendit chez sa femme Sauda bint Zam'a
    Sauda avait appris la mort de son père et de ses oncles et lorsque le prophète arriva chez elle , elle se mit à pleurr. Le prophète en fut attristé et le soir il quitta sa maison et alla dans celle d'Aïcha ou il passa la nuit
    Le lendemain matin Abdallah amena les prisonniers . Il demanda chez laquelle de ses femmes le prophète était descendu. On lui dit : que c'était chez Sauda ; car on ne savait pas qu'il était allé ensuite chez Aïcha
    En conséquence , Abdallah conduisit les prisonniers à la maison de Sauda
    Quand celle-ci vit des chefs de Quraïch comme Abbas ibn Abdoul- Motalib , comme Aqilibn Abou Talib, Sohaïl ibn Amrou ; et comme Amrou ibn Abou Sofyan ayant les mains liées elle eut une si grande surprise et en fut si affligé qu'elle oublia son propre malheur et sa douleur; elle dit à Sohaïl: C'est ainsi ô gamins que vous avez tendu vos mains ignominieusement pour être faits prisonniers ?
    Pourquoi n'avez-vous pas combattu pour être tués en combattant comme mon père et ses frères ?
    Le prophète fut averti qu'on avait conduit les prisonniers dans la maison de Sauda , parce qu'on l'avait cru chez elle .
    Il se rendit chez elle et en entrant par la porte , il la trouva causant avec Sohaïl . Il entendit ses paroles et en fut très-irrité. Il lui dit :
    O Sauda tu excites les infidèles contre Allah et le prophète ! Dans sa colère il n'entra pas dans la maison et ne s'assit pa il la répudia sur- le champ et retourna chez Aïcha où l'on conduisit aussi les prisonniers
    Le prophète remit chaque prisonnier à celui qui l'avait pris pour être gardé par lui jusqu'à ce que quelqu'un vînt de la Mecque pour le racheter.
    Sauda pleura toute la journée à cause de la mort de son père et de ses oncles et parce qu'elle avait été répudiée par le prophète

    La suite la prochaine fois inchallah








    وَفَوْقَ كُلِّ ذِي عِلْمٍ عَلِيمٌ


    ET AU-DESSUS DE TOUT HOMME DETENANT LA SCIENCE IL Y A UN SAVANT [PLUS DOCTE QUE LUI]

  12. #12
    Membre sénior Avatar de ibn abdoulbari
    Inscrit
    July 2005
    Localisation
    lyon
    Messages
    3 447

    Par défaut Re : LES BATAILLES EN ISLAM



    Le prophète avait donc confié chaque prisonnier entre les mains de celui qui l'avait pris , pour y être gardé jusqu'à ce que les parents de chacun vinssent de la Mecque pour les racheter . Les gens de la Mecque voulurent alors se rendre à Médine, chacun avec la rançon de son parent.
    Abou Soufyan leur dit : Ne vous hâtez pas trop de réclamer vos prisonniers . Moi aussi j' y suis intéressé . Mon fils Handhala a été tué et mon autre fils Amrou est prisonnier. Si vous montrez trop d'empressement , en offrant des sommes considérables, Muhammad fixera un taux trop élevé ; attendez quelques temps .
    Il y aavait parmi les prisonniers un homme nommé Abou Wada'a l'un des commerçant de la Mecque . Il avait un fils nommé Mottalib, qui ne voulut pas attendre ; il se rendit à Médine racheta son père et le ramena à la Mecque . Alors les autres allèrent également chercher leurs parents ,ou les envoyèrent chercher. Sohaïl ibn Amrou avait un fils nommé Mikraz qui était prisonnier avec lui . Sohaïl pria le prophète de garder son fils comme otage et de le laisser partir lui-même pour aller chercher l'argent de sa rançon et de celle de son fils . Le prophète consentit à le laisser partir

    Le prophète fit venir Abbas ibn Abdoul-Moattalib et lui dit : Tu es mon oncle de tous les prisonniers le plus considérable et le plus riche . Rachète-toi toi-même ainsi que tes neuveux Aqil ibn Abou Talib et Naufal ibn Harith et ton client Otba qui tous les trois sont trop pauvres pour pouvoir se racheter .
    Abbas répliqua : Ô Muhammad j'ai été croyant à la Mecque et l'on m'a forcé d'aller avec l'armée .
    Le prophète dit : Allah ait si tu as été croyant ou non . Cependant , en réalité tu as été avec les infidèles et c'est dans l'armée des infidèles que tu as été prisonnier.
    Abbas dit : Cet Aboul- Laïth qui m'a fait prisonnier m'a pris vint dinars; considère cet argent comme ma rançon
    C'est là dit le prophète , un présent qu'Allah a fait aux musulmans
    Tu m'as appauvris dit Abbas, je n'ai pas une fortune assez grande pour payer la rançon de tant de prisonniers.
    Le prophète lui répondit : Que sont devenus , mon oncle les dianars que tu as confiés en quittant la Mecque à Oumm Fadhl en lui disant que s'il t'arrivait malheur il devrait distribuer cet argent entre tes quatre fils ?
    Comment le sais-tu ô Muhammad ?
    C'est Allah qui m'en a averti répondit le prophète .
    Abbas s'écria : Ton Seigneur est le maître des secrets. Tends-moi la main afin que je déclare qu'Allah est un et que tu es son prophète , en vérité
    Il ajouta : Personne n'avait connaissance de ce fait en dehors de moi et d'Oumm Fadhl
    Après avoir prononcé la formule de la foi , Abbas paya la rançon des trois autres qui embrassèrent également l'islam
    Allah révéla à l'intention d'Abbas : .يَا أَيُّهَا النَّبِيُّ قُل لِّمَن فِي أَيْدِيكُم مِّنَ الأَسْرَى إِن يَعْلَمِ اللّهُ فِي قُلُوبِكُمْ خَيْراً يُؤْتِكُمْ خَيْراً مِّمَّا أُخِذَ مِنكُمْ وَيَغْفِرْ لَكُمْ وَاللّهُ غَفُورٌ رَّحِيمٌ
    ô Prophète, dis aux captifs qui sont entre vos mains : "Si Allah sait qu'il y a quelque bien dans vos coeurs, Il vous donnera mieux que ce qui vous a été pris et vous pardonnera. Allah est Pardonneur et Miséricordieux.( sourate al-Anfal v.70)
    Abbas après avoir embrassé l'islam devint plus riche qu'il n'avait été auparavant et il disait : Allah m'a promis des biens de ce monde et le pardon dans l'autre ; il a réalisé sa promesse en ce qui concerne ce monde , j'espère que pour l'autre monde il la réalisera également

    On disait à Abou Soufyan : Envoie la rançon de ton fils . Abou Soufyan qui était un homme avare répondait : Ils m'ont tué l'un de mes fils , je ne peux pas racheter l'autre et perdre ainsi un fils et ma fortune . Qu'ils gardent mon fils jusqu'à ce qu'ils en soient las. Il le laissa ainsi un long espace de temps en captivité . Enfin un des Ançars , un vieullard, nommé Sai'd ibn Abderahamane qui était venu à la Mecque pour visiter les lieux saints et qui n'avait été inquiété par personne fut saisi par Abou Soufyan . Celui-ci le prit comme gage de la vie de son fils et lui dit : Je te donnerai la liberté quand Muhammad me rendra mon fils ; s'il fait mourir je te tuerai également. Sa'id fit avertir sa famille, le Bani Naddjar afin qu'ils intercédassent auprès du prophète . Celui-ci renvoya Amrou ibn Soufyan à la Mecque et Abou Soufyan renvoya Sa'id à Médine

    Il y'avait parmi les Quraïch un homme nommé Omaïr ibn Wahb de la tribu de Djouma'h , brave et intrépide , mais il était pauvre et vagabond . Il avait accompli de nombreux actes de bravoure et de témérité . Ce fut lui qui le jour de Badr avait reconnu la force de l'armée du prophète . Il était réputé pour son habilité à estimer la force d'une armée et pour sa reconnaissance des routes du désert .
    Le jour de Badr il avait avec lui son fils nommé Wahb. Lorsque l'armée Quoraïchite fut défaite il se sauva ; mais son fils fut fait prisonnier
    Un jour il causait dans le temple avec Safwân ibn Omayyade l'affaire de Badr . Affligé de ce que son fils était prisonnier, Omaïr dit : Je n'ai pas d'argent pour payer sa rançon . Si je n'avais pas nombreuse famille, que je sous prétexte de de racheter mon fils et y attendrais le moment où je rencontrerais Muhammad a un endroit isolé et je le tuerais quand même j'y devais trouver la mort.
    Safwan lui dit : Je me charge de tes enfants; je les entretiendrai aussi longtemps que je vivrai.
    Mais j'ai des dettes dit Omaïr . Je payerai aussi tes dettes répliqua Safwan. Omaïr ayant reçu de Safwan des armes et tout ce qui lui était nécessaire pour le voyage , quitta la Mecque pour aller à Médine .
    Djibril vint auprès du prophète et lui fit connaître ce complot et l'arrivée d'Omaïr .
    Le prophète se trouvant dans la mosquée vit entrer par la porte Omaïr il lui demanda : Que viens-tu faire ici ?
    Omaïr répondit : Je viens pour mon fils qui est prisonnier. Je suis pauvre et n'ai pas de quoi payer sa rançon . Je suis venu pour te prier de lui montrer de la clémence et de le délivrer de la captivité .
    Le prophète dit : Tire ton sabredu fourreau. Le sabre était flamboyant.
    Le prophète reprit : Chien, est-ce avec un sabre pareil que l'on va chercher un prisonnier ?
    Qu'avez-vous concerté toi et Safwan ibn Omayya dans le temple de la Mecque ?
    Dans quel but t'a-t-il envoyé ici ?
    Omaïr fut stupéfait , il dit : O Muhammad qui t'a appris ce fait ?
    Allah me l'a appris répliqua le prophète
    Par Allah qui t'a donné ta mission prophétique , dit Omaïr je n'ai communiqué à personne ce secret qui n'est connu que de moi et Safwan ! Présente-moi la formule de foi , afin que je déclare qu'il n' y a qu'un dieu et que tu es son prophète
    Omaïr embrassa l'islam et le prophète donna la liberté à son fils qui se fit également musulman . Ils retournèrent à la Mecque et le prophète leur recommanda de servir de guides dans le désert à ceux d'entre les musulman qui voudraient aller à la Mecque à Médine . Ils exécutèrent cet ordre du prophète jusqu'à la mort d'Omaïr


    A SUIVRE INCHALLAH LA BATAILLE D'UHUD

    وَفَوْقَ كُلِّ ذِي عِلْمٍ عَلِيمٌ


    ET AU-DESSUS DE TOUT HOMME DETENANT LA SCIENCE IL Y A UN SAVANT [PLUS DOCTE QUE LUI]

  13. #13
    Membre sénior Avatar de ibn abdoulbari
    Inscrit
    July 2005
    Localisation
    lyon
    Messages
    3 447

    Par défaut Re : LES BATAILLES EN ISLAM





    LA BATAILLE D'UHUD


    Aujourd'hui inchallah on va entamer la bataille de Uhud d'abord il faut que sachez que c'est une bataille très important pour la communauté musulmane
    Je vais vous rappeler notre fameux verset qui nous a suggéré d'ouvrir ce sujet des batailles en islam



    Donc avant de continuer notre sujet sur la bataille de Badr faisons un petit rappel sur notre verset : وَلَقَدْ كَتَبْنَا فِي الزَّبُورِ مِن بَعْدِ الذِّكْرِ أَنَّ الْأَرْضَ يَرِثُهَا عِبَادِيَ الصَّالِحُونَ
    Et Nous avons certes écrit dans le Zabour, après l'avoir mentionné (dans le Livre céleste), que la terre sera héritée par Mes bons serviteurs" (sourate al-Anbiya v.105)

    Sachez qu'on ne peut pas hériter cette terre sans l'obéissance au prophète car c'est à cause la désobéissance au prophète que les mécréants ont pris le dessus sur les musulmans :
    Allah dit :
    .قُلْ إِن كُنتُمْ تُحِبُّونَ اللّهَ فَاتَّبِعُونِي يُحْبِبْكُمُ اللّهُ وَيَغْفِرْ لَكُمْ ذُنُوبَكُمْ وَاللّهُ غَفُورٌ رَّحِيمٌ
    Dis : "Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. (sourate al-Imran v.32)

    Alors quand on dit de suivre le prophète c'est de le suivre dans tous les domaines et d'appliquer en les mettant en pratique
    Car il nous suffit pas de dire aux autres que ce n'est l'islam dès qu'il y a quelque chose qu'est à l'encontre de l'islam
    Car les non musulmans ils veulent de preuve mais de dire . Et la preuve c'est nous
    C'est de se bien comporter d'avoir des bonnes relations avec les autres de suivre les enseignements du prophète comme il se doit
    De ne pas prendre une partie du prophète et de laisser un autre mais d'essayer d'apprendre l'ensemble de ses oeuvres
    Allah dit dans le coran : لَقَدْ كَانَ لَكُمْ فِي رَسُولِ اللَّهِ أُسْوَةٌ حَسَنَةٌ لِّمَن كَانَ يَرْجُو اللَّهَ وَالْيَوْمَ الْآخِرَ وَذَكَرَ اللَّهَ كَثِيراً
    En effet, vous avez dans le Messager d'Allah un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment.(sourate al-Ahzab v.21)

    Donc vous voyez l'importance à suivre les commandements d u prophète sinon c'est la défaite de la oumma
    comme ceux qui ont désobéi à Uhud qui a vu la défaite de la communauté
    Et on fait la même chose à notre époque et que ce qu'on voit des défaites sur défaites dans notre communauté
    Alors il est temps de prendre comme exemple notre prophète Muhammad si on veut prendre le dessus sur les autres et qu'on soit parmi les gens qui hériteront cette terre


    Après treize mois écoulé dans le combat de Badr , il y avait eu sept expéditions entre autres l'expédition de Kodr ou encore de Qaïnoqâ ou celle de Qarada

    Après avoir essuyé la défaite de Badr , les Quraïch disaient entre eux : Nous n'aurons pas de repos avant d'avoir pris notre revanche sur Muhammad . Ils envoyèrent des lettres et des messagers à toutes les arabes pour demander leur assistance .
    Ikrima ibn Abou Djahl et Safwan ibn Omayya personnage considérable parmi les Quraïch qui l'un et l'autre avaient perdu leur père au combat de Badr , rassemblèrent les propriétaires des biens de Zaïd ibn Haritha , avait enlevés à la caravane de Syrie conduite par Abou Soufyan et leur dirent : L'armée de la Mecque va partir à cause de vous et de vos biens . Que chacun de vous contribue aux dépenses. Les autres répondirent : Nous ne vous donnerons rien ; nous préparons nous-mêmes une armée et nous prendrons nous-mêmes notre revanche
    Donc pendant un an les Mecquois rassemblèrent une armée dont ils donnèrent le commandement à Abou Soufyan

    Abou Soufyan résolut de prendre avec l'idole de Hobal la plus grande de celles qui étaient placées dans le temple de la Mecque afin que l'armée arabe eût à combattre pour sa religion
    Le premier jour du mois de shawal Abou Soufyan fit partir son armée de la Mecque emportant avec lui, placéee un chameau, l'idole Hobal. Il emmena également sa femme Hind dont le père Otba, son oncle Shaïba et son frère , Walid avaient été tués à Badr
    Il emmena en autre Oumm Hakim , sa cousine , la femme d'Ikrima ibn Abou Djahl et d'autres femmes en tout elles étaient quinze femmes et chacune d'elle était suivie de trois ou quatre esclave.
    Abou Soufyan passa l'armée en revue; elle se composait de trois mille hommes complétement armées , partie habitant de la Mecque ; partie arabes bédouins .
    Deux cents d'entre eux avaient des chevaux , les autres des chameaux . Sept cents hommes étaient armés de cuirasses . Ils marchèrent sur Médine ; arrivés aux portes de la ville , ils s'arrêtèrent près d'une montagne et dont la hauteur est d'un mille

    Lorsque le prophète reçut cette nouvelle les gens de Médine furent dans la crainte , car ils savaient que les infidèles venaient pour venger le sang versé à Badr
    Le prophète ayant convoqué ses compagnons pour délibérer avec eux , Abdallah ibn Obayy ibn Saloul le chef de Khazradj qui était un hypocrite parla ainsi : Ô Envoyé d'Allah il faut que nous restions ici que nous les laissions approcher jusqu'aux portes de la ville dans laquelle nous nous enfermerons et où nous combattrons . Ici les femmes et les enfants en lançant sur eux des pierres, pourront nous être utiles et les ennemis se trouvons moins nombreux que nous . Mais si nous sortons à leur rencontre leur nombre sera supérieur au nôtre ; car Médine ne fournira pas trois mille combattants . Nous n'avons pas souvenir que jamais du temps du paganisme du temps des Tobba du Yemen et même avant cette époque quelqu'un ait attaqué la ville de Médine s'en retourner vaincu et ruiné
    Le prophète agréa ces paroles et dit : J'ai rêvé cette nuit que mon sabre étéit ébréché et que je mettais ma main dans une cuirasse.
    La cuirasse paraît signifier la ville de Médine, dans laquelle je m'enfermerai.
    Quelques uns des compagnons du prophète Muhadjirun et Ançar qui avaient assisté à la bataille de Badr tels que Ali ibn Abou Talib, Omar ibn Khattab Mo'ads et d'autres dirent : Ô Envoyé d'Allah cela n'est pas juste . Jamais on n'est resté chez soi, l'ennemi étant aux portes sans devenir un objet de mépris . Conduis-nous hors de la ville afin que nous combations ; nous leur ferons voir un combat comme celui de Badr .
    Le prophète répliqua : Préparz-vous , accomplissons la prière du vendredi et partons .
    C'était le septième jour du mois de shawal . Les hommes s'équipèrent , le prophète accomplit la prière se revêtit de son armure et monté sur un cheval de noble race , il quitta sa maison à contre coeur . Lorsque les hommes remarquèrent l'hésitation du prophète , ils lui dirent : Ô Envoyé d'Allah si tu hésites à partir , nous nous soumettons à ta volonté ; reste si tu le veux . Le prophète répondit : Que ne le disiez-vous plutôt ?
    Maintenant que j'ai revêtu mon armure , je ne veux pas reculer . Il n'est pas convenable , après avoir pris les armes , de les déposer sans avoir combattu
    Enfin il partit à la tête de mille hommes. Dans cette troupe il y avait outre le cheval du prophète un autre cheval appartenant à un homme nommé Abou Borda ibn Niyar l'un des Bani Harith de la tribu d'Aus
    Le prophète avait laissé comme son lieutenant à Médine Ibn Oumm Maktoum. L'étendard du prophète était porté par Moç'ab ibn Omaïr l'un des Muhadjirun

    La suite la prochaine fois inchallah

    وَفَوْقَ كُلِّ ذِي عِلْمٍ عَلِيمٌ


    ET AU-DESSUS DE TOUT HOMME DETENANT LA SCIENCE IL Y A UN SAVANT [PLUS DOCTE QUE LUI]

  14. #14
    Membre débutant
    Inscrit
    November 2011
    Localisation
    Bordeaux
    Messages
    146

    Par défaut Re : LES BATAILLES EN ISLAM


    barakALLAH oufik courage pour la suite.




  15. #15
    Membre sénior Avatar de ibn abdoulbari
    Inscrit
    July 2005
    Localisation
    lyon
    Messages
    3 447

    Par défaut Re : LES BATAILLES EN ISLAM



    Wa fikum baraka ma soeur fillah




    Abdallah ibn Obayy n'avait suivi l'armée qu'à contre coeur . Lorsqu'on fut arrivé a un lieu nommé Schaut à la distance d'une demi-parasange de Médine . il s'arrêta et dit : Je ne sais où je vais . Il ne faut pas suivre un homme qui rejette l'avis des grands pour écouter celui des enfants; il ne faut pas aller à la mort gratuitement. Entouré d'un grand nombre de personnes , il dit : Je retourne à Médine : que tous ceux qui désirent leur salut reviennent. Trois cents hommes le suivirent.
    Le prophète ne s'en retourna pas mais il envoya l'un des ançars nommé Abdallah ibn Amrou auprès de Abdallah ibn Obayy pour le rappeler lui et ses hommes. Cet homme leur dit : Où allez-vous ô nos frères musulmans ?
    Abandonnez-vous le prophète d'Allah sur le conseil d'un hypocrite ?
    N'avez-vous pas honte devant Allah ?
    Abdallah ibn Obayy répliqua: Nous ne savons pas pourquoi vous vous mettez en campagne . Vous n'aurez pas à combattre ; vous vous en irez sans avoir eu affaire à l'ennemi . Malgré toutes les instances d'Abdallah ibn Amrou les trois cents hommes ne voulurent pas revenir et cet homme quitta l'armée
    Le prophète dit Allah est avec nous cela suffit et il continua sa marche . Il arriva à un endroit nommé Schaïkhan . Il s'arrêta là à l'heure de la prière de l'asr et passa ses troupes en revue . Il y avait sept cents combattant soit à pied soit montés sur des chameaux .
    Le prophète et un autre avaient des chevaux. Cent hommes étaient armés de cuirasse.

    Au moment où le jour allait paraître, le prophète accomplit la prière du matin et se mit en marche le huitième jour du mois de chawal.
    Son guide lui faisant quitter la route , le conduisit à travers les champs et les vergers dse Bani- Hartha
    Lorsqu'ils passèrent sur le champ d'un aveugle nommé Mirba ibn Qaïzhi quié atit hypocrite , cet homme prit une poignée de poussière et la jeta au visage du prophète en disant : Si tu es un prophète d'Allah , je ne permets pas de passer sur son champ. L'un des ançar nommé Sa'id ibn Zaïd tenant dans la main son arc en frappa cet homme sur la tête et lui fendit le crâne . Les autres voulurent l'achever mais le prophète dit : Ne le tuez pas ce pauvre homme est aveugle des yeux de la tête aussi bien que des yeux du coeur
    Au lever du soleil ils arrivèrent au mont de Uhud. Le prophète plaça son armée en face dse Quraïch; elle était appuyée à la montagne , pour que l'ennemi ne pût pas la tourner ; mais comme elle était composée d'un petit nombre de combattant et que les troupes de l'ennemi au contraire , étaient fort nombreuses. celles-ci l'enveloppèrent par-devant et par derrière
    Les ennemis se mirent en ordre de bataille et Abou Soufyan donna le commandement de l'aile droite à Khalid ibn Walid qui se trouvait à la tête de cinq cents hommes. L'aile gauche formée également de cinq cents hommes était commandée par Ikrima ibn Abou Djahl.
    L'étendard des Quraïch était porté par les descendants d'Abd-Dar ibn Qiçayy.
    Ensuite les Quraïch ayant formée leurs ligne de bataille, Abou Soufyan fit placer le chameau qui portait l'idole Hobal devant les rangs et ordonna aux femmes de se tenir derrière les rangs; puis il dit aux soldats :
    Si vous ne voulez pas pas combattre pour votre religion au moins combattez pour venger le sang versé à Badr et pour les femmes

    Le prophète en disposant ses troupes en ordre de bataille plaça Zobaïr ibn Awwam avec cent hommes en face de Khalid ibn Walid; Miqdad ibn al-Aswad avec cent homme en face d'Ikrima et donna l'étendard à Moç'ab ibn Omaïr qu'il plaça devant les rangs . Il y avait sur le mont Uhud un défilé par lequel les infidèles pouvaient s'avancer pour prendre l'armée musulmane par-derrière.
    Le prophète envoya à l'entrée de ce défilé cinquante archers , des Ançar sous les ordres d'Abdallah ibn Djobaïr , l'un des Bani Amrou ibn Auf . Il leur donna les instructions suivantes : Si l'ennemi tourne de votre côté pour passer par ce défilé , repoussez -le en lui lançant des traits.
    Restez fixes à ce poste soit que nous soyons victorieux , soit que nous succombions jusqu'à ce que je vienne vous trouver ; car Allah m'a promis la victoire. Les deux armées prirent ainsi leur positions. Le prophète avait revêtu deux cuirasse et portait à son côté deux sabres


    La suite la prochaine fois inchallah

    وَفَوْقَ كُلِّ ذِي عِلْمٍ عَلِيمٌ


    ET AU-DESSUS DE TOUT HOMME DETENANT LA SCIENCE IL Y A UN SAVANT [PLUS DOCTE QUE LUI]

Page 1 sur 3 123 DernièreDernière

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas éditer vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé